• Si oui, bravo !

    Si non, comblons vite cette lacune. J'ai donc le plaisir de vous présenter une autre cousine québecoise à la voix de sirène, aux mélodies superbes et aux chansons dont les paroles veulent dire quelque chose.

    Je vous propose d'écouter la très belle chanson "Galiléo" hommage à Galilée. PVous voyez, je ne fais pas que dans le gothic

    Et ici la vidéo

    Ce soir le ciel est au plus doux
    Tu vas mesurer les étoiles
    Hors de ta chambre de Padoue
    La science neuve fera scandale

    Voici la Terre, elle prend le large
    Elle bouge et tourne dans les nuages
    Voici la Terre, astre mobile
    Qui danse et quitte son domicile

    Et si d'abord étaient les choses
    Avant que l'on y mette un nom
    Et si d'abord les faits s'imposent
    Nos yeux, peut-être, sont trahison

    Galileo Galileï
    Ce vaste monde est si petit
    Galileo Galileï
    Ce petit monde est infini
    Galileo

    Message céleste dans ta lentille
    La Lune est noire et la Terre brille
    Le ciel te livre ses secrets
    Il n'y a plus de corps parfaits

    Que bouge la tête de nos savants
    Les vérités théologiques
    De nos corbeaux académiques
    S'en vont se perdre dans le temps

    Galileo Galileï
    Ce vaste monde est si petit
    Galileo Galileï
    Ce petit monde est infini
    Ce petit monde est infini
    Galileo Galileo

    La Terre tourne et moi je tombe
    Galileo
    La Terre tourne et moi je tombe
    Galileo
    (ad lib:)
    C'est pour un temps seulement
    Galileo

    30 commentaires
  • Le site "Les impromptus littéraires" propose des petits exercices d'écriture très ludiques.
    Cette semaine, vous serez la Joconde du tableau de Léonard de Vinci et vous verrez défiler devant vous des badauds, des artistes en herbes, des histoires de coup d'œil, des loufoqueries, des amoureux, des gardiens, des photographes, des animaux etc. Vous pourrez aussi être seule dans la salle. Vous serez étonnée, surprise, blasée ou que sais-je. Vous devrez nous raconter ce qui se passe dans votre tête à ce moment. Récit, rêverie, fantasme, poésie, arts culinaires, aventure(s) avec d'autres personnages de tableau.

    Voilà donc mon  petit délire personnel à moi (et en plus en entier du premier coup, je vous gâte).

    Ouais, eh ben, mine de rien c'est drôlement fatigant pour les zygomatiques le sourire énigmatique !

    Mais c'est Léonard qui m'a demandé de sourire comme ça vu que mes dents ne sont pas vraiment bien rangées, et à mon époque, l'orthodontie ça n'existait pas et le dentifrice Ultra Brite blancheur non plus.

    Bon trêve de palabres installons nous confortablement , les visiteurs arrivent.

    Et ça y est les réflexions fusent

    "Ah je le croyais plus grand ce tableau" Le Sacre de Napoléon mon petit vieux c'est à côté.

    "Oh t'as vu elle est toute craquelée" Ouais, ben toi ma belle on verra à quoi tu ressembleras dans 500 ans.

    "T'as lu Da Vinci Code, ben il paraît qu'elle était mariée au Christ" Ouille, toi tu ferais bien de le lire toi-même le bouquin

    Tiens le japonais qui essaye de me prendre en photo en douce, hop un clin d'œil, j'en connais un qui va être surpris en arrivant à Tokyo.

    Heureusement qu'il y a une barrière sinon je suis sûre que les gamins me colleraient leur chewing gum sur la glace ou me dessineraient des moustaches, ils s'enquiquinent les mômes que voulez-vous les musées c'est pas forcément leur truc, eh puis pour bien me voir de près, il ne faut pas être pressé.

    En tout cas, vivement ce soir que je sorte de ce cadre étriqué et que j'aille m'éclater avec les copines et les copains.

    Ca vous étonne de m'entendre parler comme ça, c'est sûr, c'est pas très renaissance, mais depuis que le monde défile devant moi j'en apprends des choses et dans toutes les langues en plus, et en plus j'ai quasiment l'éternité devant moi.

    Ah une dernière chose avant d'essayer de me concentrer sur mes admirateurs. Mon sourire énigmatique, ce n'est pas uniquement une question de dentition. Figurez-vous qu'il faisait chaud quand il m'a peinte l'ami Léonard et comme je gigotais et que ça énervait le maître, j'ai donc eu le droit à une bassine d'eau fraîche avec des essences florales. Bon sang ce que ça faisait du bien d'agiter les orteils là-dedans et puis c'était plutôt marrant de me dire que les gens qui allaient venir admirer le tableau se demanderaient d'où me venait ce sourire. Eh bien maintenant vous le savez, c'est en réalité un sourire de doux contentement.


    22 commentaires
  • Le site "Les impromptus littéraires" propose des petits exercices d'écriture très ludiques.
    Cette semaine, vous serez la Joconde du tableau de Léonard de Vinci et vous verrez défiler devant vous des badauds, des artistes en herbes, des histoires de coup d'œil, des loufoqueries, des amoureux, des gardiens, des photographes, des animaux etc. Vous pourrez aussi être seule dans la salle. Vous serez étonnée, surprise, blasée ou que sais-je. Vous devrez nous raconter ce qui se passe dans votre tête à ce moment. Récit, rêverie, fantasme, poésie, arts culinaires, aventure(s) avec d'autres personnages de tableau.

    Voilà donc mon  petit délire personnel à moi (et en plus en entier du premier coup, je vous gâte).

    Ouais, eh ben, mine de rien c'est drôlement fatigant pour les zygomatiques le sourire énigmatique !

    Mais c'est Léonard qui m'a demandé de sourire comme ça vu que mes dents ne sont pas vraiment bien rangées, et à mon époque, l'orthodontie ça n'existait pas et le dentifrice Ultra Brite blancheur non plus.

    Bon trêve de palabres installons nous confortablement , les visiteurs arrivent.

    Et ça y est les réflexions fusent

    "Ah je le croyais plus grand ce tableau" Le Sacre de Napoléon mon petit vieux c'est à côté.

    "Oh t'as vu elle est toute craquelée" Ouais, ben toi ma belle on verra à quoi tu ressembleras dans 500 ans.

    "T'as lu Da Vinci Code, ben il paraît qu'elle était mariée au Christ" Ouille, toi tu ferais bien de le lire toi-même le bouquin

    Tiens le japonais qui essaye de me prendre en photo en douce, hop un clin d'œil, j'en connais un qui va être surpris en arrivant à Tokyo.

    Heureusement qu'il y a une barrière sinon je suis sûre que les gamins me colleraient leur chewing gum sur la glace ou me dessineraient des moustaches, ils s'enquiquinent les mômes que voulez-vous les musées c'est pas forcément leur truc, eh puis pour bien me voir de près, il ne faut pas être pressé.

    En tout cas, vivement ce soir que je sorte de ce cadre étriqué et que j'aille m'éclater avec les copines et les copains.

    Ca vous étonne de m'entendre parler comme ça, c'est sûr, c'est pas très renaissance, mais depuis que le monde défile devant moi j'en apprends des choses et dans toutes les langues en plus, et en plus j'ai quasiment l'éternité devant moi.

    Ah une dernière chose avant d'essayer de me concentrer sur mes admirateurs. Mon sourire énigmatique, ce n'est pas uniquement une question de dentition. Figurez-vous qu'il faisait chaud quand il m'a peinte l'ami Léonard et comme je gigotais et que ça énervait le maître, j'ai donc eu le droit à une bassine d'eau fraîche avec des essences florales. Bon sang ce que ça faisait du bien d'agiter les orteils là-dedans et puis c'était plutôt marrant de me dire que les gens qui allaient venir admirer le tableau se demanderaient d'où me venait ce sourire. Eh bien maintenant vous le savez, c'est en réalité un sourire de doux contentement.


    22 commentaires
  • Qui a tué Glenn ? Léonie Swann

    Résumé decitre : Sur une pâture de la verte Irlande, le berger George Glenn a été retrouvé assassiné mais personne dans le pays n'est capable de découvrir qui est le meurtrier. Alors son troupeau prend les choses en main. Ces moutons-détectives ont en commun le désir de s'élever au-dessus de leur condition et de surmonter l'affligeant handicap qui les oblige à s'arrêter de penser plusieurs fois par jour pour se remplir l'estomac. Aux côtés de Sir Ritchfield (le doyen), Othello (un bélier noir au passé mystérieux), Zora (une brebis philosophe et alpiniste qui aime à flirter avec les abîmes), Miss Maple, la plus sage d'entre tous, s'arroge la direction de l'enquête. Best-seller en Allemagne et en Italie, Qui a tué Glenn ? a été acheté par tous les grands éditeurs dans le monde. C'est le roman le plus surprenant, farfelu et imaginatif paru ces dernières années.
     

    Résumé Electre : Sur une pâture d'Irlande, le berger George Glenn est découvert assassiné. Les premiers à se trouver sur les lieux sont... ses moutons. Des moutons pas comme les autres, parce que Glenn aimait et éduquait ses bêtes. Aussi sont-elles plus malignes que les habitants du village de Glennkill. Le troupeau orphelin va donc confier la direction de l'enquête à la vieille brebis Miss Maple... Premier roman.

     

    Mon avis : Ne pas oublier : Mopple la Baleine qui a toujours faim mais qui est la mémoire sur patte du troupeau, un vrai magnétophone. Une très amusante couverture avec une brebis dont on peut caresser le poil et en bas de page, l'équivalent d'un petit dessin animé quand on tourne vite les pages (ça a un nom cette technique il me semble). Les humains devraient s'inspirer de la philosophie de vie de cet intéressant troupeau. Miss Maple et les siens arrivent à résoudre l'affaire tout en se trompant, mais il faut dire qu'il y a quand même des choses qui échappent un peu à la brebis la plus intelligente du monde, d'ailleurs le rebondissement final ne manque pas de sel. Bref c'est amusant et l'auteur donne à ses brebis une façon d'être et de réfléchir tout-à-fait originale, très peu d'anthropomorphisme dans son récit ce qui était loin d'être évident. Vous ne regarderez plus les moutons de la même façon après ça.


    8 commentaires
  • Qui a tué Glenn ? Léonie Swann

    Résumé decitre : Sur une pâture de la verte Irlande, le berger George Glenn a été retrouvé assassiné mais personne dans le pays n'est capable de découvrir qui est le meurtrier. Alors son troupeau prend les choses en main. Ces moutons-détectives ont en commun le désir de s'élever au-dessus de leur condition et de surmonter l'affligeant handicap qui les oblige à s'arrêter de penser plusieurs fois par jour pour se remplir l'estomac. Aux côtés de Sir Ritchfield (le doyen), Othello (un bélier noir au passé mystérieux), Zora (une brebis philosophe et alpiniste qui aime à flirter avec les abîmes), Miss Maple, la plus sage d'entre tous, s'arroge la direction de l'enquête. Best-seller en Allemagne et en Italie, Qui a tué Glenn ? a été acheté par tous les grands éditeurs dans le monde. C'est le roman le plus surprenant, farfelu et imaginatif paru ces dernières années.
     

    Résumé Electre : Sur une pâture d'Irlande, le berger George Glenn est découvert assassiné. Les premiers à se trouver sur les lieux sont... ses moutons. Des moutons pas comme les autres, parce que Glenn aimait et éduquait ses bêtes. Aussi sont-elles plus malignes que les habitants du village de Glennkill. Le troupeau orphelin va donc confier la direction de l'enquête à la vieille brebis Miss Maple... Premier roman.

     

    Mon avis : Ne pas oublier : Mopple la Baleine qui a toujours faim mais qui est la mémoire sur patte du troupeau, un vrai magnétophone. Une très amusante couverture avec une brebis dont on peut caresser le poil et en bas de page, l'équivalent d'un petit dessin animé quand on tourne vite les pages (ça a un nom cette technique il me semble). Les humains devraient s'inspirer de la philosophie de vie de cet intéressant troupeau. Miss Maple et les siens arrivent à résoudre l'affaire tout en se trompant, mais il faut dire qu'il y a quand même des choses qui échappent un peu à la brebis la plus intelligente du monde, d'ailleurs le rebondissement final ne manque pas de sel. Bref c'est amusant et l'auteur donne à ses brebis une façon d'être et de réfléchir tout-à-fait originale, très peu d'anthropomorphisme dans son récit ce qui était loin d'être évident. Vous ne regarderez plus les moutons de la même façon après ça.


    8 commentaires