• J'avais beaucoup aimé le graphisme du prologue du film de Night Shyamalan "La jeune fille de l'eau". Le film en lui-même n'est peut-être pas un de ses meilleurs mais il possède une certaine poésie qui n'est pas désagréable. Sixième sens reste mon préféré.



    22 commentaires
  • Voilà pour le thème Photomadaire de cette semaine ma nuit lumineuse




    22 commentaires
  • Voilà pour le thème Photomadaire de cette semaine ma nuit lumineuse




    22 commentaires
  • Quelques morceaux choisis extraits du Paris Normandie de ce jour et concernant la mission chargée d'évaluer la loi de 2005 sur la fin de vie.

    "La liberté du malade qui demande la mort est un leurre" Je ne comprends pas bien ce que ça veut dire !!! Si ça signifie qu'il n'y a plus de choix où est le problème ?

    "La justice est d'ores et déjà en mesure d'utiliser les ressources de la procédure pénale pour absoudre ou juger avec mansuétude en fonction de chaque situation" Alors là, nous avons devant nous un monument d'hypocrisie. En gros, n'hésitez pas aider vos proches à abréger leur vie, de toute façon la justice (qui n'est pas la loi) vous acquittera, mas la loi (qui n'est pas la justice) ne se sera pas sali les mains. Bonjour Ponce Pilate. En plus, c'est super la famille qui vient de perdre un proche dans des conditions plus que difficiles va devoir taper dans ses économies pour payer un avocat et ne comptons pas non plus le temps et l'argent gaspillés dans un procés qui aboutira à un non-lieu.

    Le rapport essaie de clarifier la complexité légale existant autour du suicide assisté, soulignant que le droit en vigueur n'incrimine pas l'aide au suicide pour autant qu'il s'agisse d'un "acte de complicité", mais que "le fait de donner la mort à un tiers sur sa demande constitue un homicide volontaire". Là aussi c'est merveilleux, si je comprends bien, si la personne qui n'en peut plus et qui veux mourir verse elle-même le poison dans le verre et si vous ne faites que lui tenir la main, pas de problème. En revanche si le malheureux est tétraplégique et ne peut plus bouger, si c'est vous qui versez le poison vous pouvez être inculpé.

    Pour "humaniser' la fin de vie, un "congé d'accompagnement" de 15 jours à domicile pourrait être créer sous forme de "congés payés". Cela peut "contribuer à éviter des hospitalisations coûteuses" note le rapport. Ca aussi c'est super, quelle magnifique façon de desengorger les hôpitaux et d'éviter des frais supplémentaires à la sécu, à vous de vous débrouiller pour assurer les soins (mais attention pas de bêtise définitive avec la morphine), si vous n'êtes pas compétent, si vous avez besoin du soutien d'une équipe spécialisée eh bien tant pis, ne vous plaignez pas vous avez droit à 15 jours de "congés payés" aux frais de votre entreprise je suppose ou c'est la sécu qui prend en charge ?


    6 commentaires
  • Quelques morceaux choisis extraits du Paris Normandie de ce jour et concernant la mission chargée d'évaluer la loi de 2005 sur la fin de vie.

    "La liberté du malade qui demande la mort est un leurre" Je ne comprends pas bien ce que ça veut dire !!! Si ça signifie qu'il n'y a plus de choix où est le problème ?

    "La justice est d'ores et déjà en mesure d'utiliser les ressources de la procédure pénale pour absoudre ou juger avec mansuétude en fonction de chaque situation" Alors là, nous avons devant nous un monument d'hypocrisie. En gros, n'hésitez pas aider vos proches à abréger leur vie, de toute façon la justice (qui n'est pas la loi) vous acquittera, mas la loi (qui n'est pas la justice) ne se sera pas sali les mains. Bonjour Ponce Pilate. En plus, c'est super la famille qui vient de perdre un proche dans des conditions plus que difficiles va devoir taper dans ses économies pour payer un avocat et ne comptons pas non plus le temps et l'argent gaspillés dans un procés qui aboutira à un non-lieu.

    Le rapport essaie de clarifier la complexité légale existant autour du suicide assisté, soulignant que le droit en vigueur n'incrimine pas l'aide au suicide pour autant qu'il s'agisse d'un "acte de complicité", mais que "le fait de donner la mort à un tiers sur sa demande constitue un homicide volontaire". Là aussi c'est merveilleux, si je comprends bien, si la personne qui n'en peut plus et qui veux mourir verse elle-même le poison dans le verre et si vous ne faites que lui tenir la main, pas de problème. En revanche si le malheureux est tétraplégique et ne peut plus bouger, si c'est vous qui versez le poison vous pouvez être inculpé.

    Pour "humaniser' la fin de vie, un "congé d'accompagnement" de 15 jours à domicile pourrait être créer sous forme de "congés payés". Cela peut "contribuer à éviter des hospitalisations coûteuses" note le rapport. Ca aussi c'est super, quelle magnifique façon de desengorger les hôpitaux et d'éviter des frais supplémentaires à la sécu, à vous de vous débrouiller pour assurer les soins (mais attention pas de bêtise définitive avec la morphine), si vous n'êtes pas compétent, si vous avez besoin du soutien d'une équipe spécialisée eh bien tant pis, ne vous plaignez pas vous avez droit à 15 jours de "congés payés" aux frais de votre entreprise je suppose ou c'est la sécu qui prend en charge ?


    6 commentaires