• Thème des impromptus : nous vous proposons un premier thème "presque" philosophique, sur la base de cette phrase : "à trop se regarder dans le miroir, on finira par y voir le diable"

    Au delà des éventuels aspects moralisateurs ou religieux, écrivez-nous en prose ou en vers, ce qu'elle vous inspire. Pas de contrainte particulière et il n'est pas absolument nécessaire de retrouver dans vos textes la phrase citée, ni même les mots "miroir" ou "diable". La lecture que en vous ferez vous appartient et seul votre imaginaire vous guidera.

    Ma version

    La jeune fille s'admire dans le miroir.
    Pas de doute, sans fausse modestie elle n'est pas mal.
    Non, en fait elle est belle, allez il faut ce qu'il faut.
    Elle s'admire donc, s'envoie des regards langoureux, se fait des sourires mutins, bat des cils.
    Non, c'est vrai quoi, elle est belle !
    Des cheveux de jais aux reflets bleutés qui ondoient et brillent.
    Des lèvres pleines d'un rouge qui ne doit rien au maquillage.
    Des yeux de braise en amande qui lancent mille feux, mis en valeur par de fins sourcils charbonneux.
    Elle pousse un soupir de satisfaction et s'admire encore un peu plus.
    Elle se perd dans la profondeur du miroir, les yeux dans les yeux de son reflet.
    Brusquement, il lui semble percevoir un étrange changement.

    Dans le miroir, le décor derrière elle ondule et paraît changer.
    A la place des murs couverts de ce somptueux papier rouge et noir qu'elle a choisi avec soin, voilà qu'apparaissent, horreur, des fleurettes et des rubans.
    Affolée, elle se retourne.
    Non, son papier n'a pas changé noir avec de belles flammes rouges qui scintillent.
    Soulagée, elle lance un nouveau coup d'œil à son miroir.
    Quelle horreur, non seulement le papier à fleurs est toujours là, mais en plus elle voit un lit rose avec baldaquin, rose mais c'est ignoble !

    Elle n'ose plus bouger, elle reste tétanisée le regard perdu dans le miroir.
    Et là, suprême terreur quelqu'un vient s'asseoir devant elle.
    Il s'agit d'une jeune femme comme elle mais sa tête est couverte d'une immonde toison jaune bouclée, ses yeux sont d'un bleu à faire des cauchemars pendant des semaines et ses lèvres roses sont tout simplement à hurler.
    Elle se lève d'un bond, le cœur battant à tout rompre, elle retourne le miroir.
    Méphistophélès avait bien raison, à trop se regarder dans le miroir, on finit par y voir l'ange.
    Dans une chambre rose, une jeune fille blonde aux yeux bleus s'assoit devant son miroir et se contemple.
    Pas de doute, sans fausse modestie, elle n'est pas mal.
    Tiens c'est bizarre, il lui a semblé voir un curieux frisson parcourir le miroir.
    Elle hausse les épaules et se plonge à nouveau dans sa contemplation.





    22 commentaires
  • Ma soeur, ce boulet - Claire Scovell LaZebnik

    Résumé Decitre : Comment faites-vous quand vous avez vingt ans, une mère farfelue, et un père remarié qui se tue dans un accident de voiture, vous laissant en héritage une immense maison et une gamine de trois ans, la demi-sœur que vous ne voyez qu'une fois par an ? Comment faites-vous quand votre chargé de cours, ce Joe Lowden qui tombe les filles comme des mouches, vous fait les yeux doux ? Comment faites-vous quand un confrère et ami de votre père vous force la main pour accepter cet encombrant héritage ? Et surtout, comment faites-vous, vous qui n'avez aucune habitude des gosses, pour calmer une petite Célia qui réclame sa maman en hurlant ?.

    Mon avis : Pauvre Olivia, à 21 ans, on ne peut pas dire que la vie l'épargne, une mère qu'elle doit materner, un père absent qui se tue dans un accident d'auto en lui laissant une petite demi-soeur en héritage, un petit ami volage, un exécuteur testamentaire qui cherche à lui dicter sa conduite. Mais Olivia a de la ressource, elle est franche, dit des gros mots, balance des vannes à qui mieux mieux, joue le cactus, mais en réalité, elle a surtout un coeur gros comme ça. A voir cette grande soeur s'essayer à éduquer sa petite soeur de 4 ans du mieux qu'elle peut, faire face aux colères et aux caprices de la petite peste, mais aussi à son chagrin lorsqu'elle prend conscience de la perte de ses parents, on a parfois envie d'entrer dans le roman pour lui donner un coup de main. C'est un roman charmant, Olivia et Célia devraient vous faire craquer.


    14 commentaires
  • Ma soeur, ce boulet - Claire Scovell LaZebnik

    Résumé Decitre : Comment faites-vous quand vous avez vingt ans, une mère farfelue, et un père remarié qui se tue dans un accident de voiture, vous laissant en héritage une immense maison et une gamine de trois ans, la demi-sœur que vous ne voyez qu'une fois par an ? Comment faites-vous quand votre chargé de cours, ce Joe Lowden qui tombe les filles comme des mouches, vous fait les yeux doux ? Comment faites-vous quand un confrère et ami de votre père vous force la main pour accepter cet encombrant héritage ? Et surtout, comment faites-vous, vous qui n'avez aucune habitude des gosses, pour calmer une petite Célia qui réclame sa maman en hurlant ?.

    Mon avis : Pauvre Olivia, à 21 ans, on ne peut pas dire que la vie l'épargne, une mère qu'elle doit materner, un père absent qui se tue dans un accident d'auto en lui laissant une petite demi-soeur en héritage, un petit ami volage, un exécuteur testamentaire qui cherche à lui dicter sa conduite. Mais Olivia a de la ressource, elle est franche, dit des gros mots, balance des vannes à qui mieux mieux, joue le cactus, mais en réalité, elle a surtout un coeur gros comme ça. A voir cette grande soeur s'essayer à éduquer sa petite soeur de 4 ans du mieux qu'elle peut, faire face aux colères et aux caprices de la petite peste, mais aussi à son chagrin lorsqu'elle prend conscience de la perte de ses parents, on a parfois envie d'entrer dans le roman pour lui donner un coup de main. C'est un roman charmant, Olivia et Célia devraient vous faire craquer.


    14 commentaires
  • Tadam, et voilà la réponse. Une boule oui, comme vous avez été plusieurs à trouver, mais pas une boule de noël, ni une boule de billard, non une boule de bas d'escalier, un de ces boules qui vous empêchent de dévaler l'escalier assis sur la rampe comme Mary Poppins. Et pour ceux qui ont remarqué les reflets, il s'agit de la lumière du soleil passant au travers des vitraux de couleur de la porte, je vous les mets aussi parce que je trouve les couleurs particulièrement belles, et pour vous prouvez que je n'ai pas joué avec Photofiltre, la photo de la porte avec ses vitraux, malheureusement prise un jour sans soleil.










    27 commentaires
  • Tadam, et voilà la réponse. Une boule oui, comme vous avez été plusieurs à trouver, mais pas une boule de noël, ni une boule de billard, non une boule de bas d'escalier, un de ces boules qui vous empêchent de dévaler l'escalier assis sur la rampe comme Mary Poppins. Et pour ceux qui ont remarqué les reflets, il s'agit de la lumière du soleil passant au travers des vitraux de couleur de la porte, je vous les mets aussi parce que je trouve les couleurs particulièrement belles, et pour vous prouvez que je n'ai pas joué avec Photofiltre, la photo de la porte avec ses vitraux, malheureusement prise un jour sans soleil.










    27 commentaires