• Que les normands ne sont pas accueillants (bon pour ce qui est de certains commerçants, je ne m'élèverai pas en faux) mais pour ce qui est de l'habitant moyen ce n'est pas vrai du tout. La preuve en images (à votre avis, je préfère lequel ?)

     

    bienvenue1

     

    bienvenue2

     

    bienvenue3


    42 commentaires
  • Que les normands ne sont pas accueillants (bon pour ce qui est de certains commerçants, je ne m'élèverai pas en faux) mais pour ce qui est de l'habitant moyen ce n'est pas vrai du tout. La preuve en images (à votre avis, je préfère lequel ?)

     

    bienvenue1

     

    bienvenue2

     

    bienvenue3


    42 commentaires
  • Quel prénom difficile à porter Bigornette !

     

    Aujourd’hui, Prudence, l’ange gardienne de Bigorbourg est à la fois heureuse et malheureuse.

    Heureuse parce qu’elle va revoir une vieille et chère amie, malheureuse parce que cette amie vient de mourir.

    Cette amie avec laquelle elle a vécu une longue amitié s’appelait, en fait elle s’appelle toujours, Félicité et voilà un nom qui a été bien porté. Félicité a vécu une vie longue pleine de béatitude, à croire que le prénom était taillé sur mesure pour elle.

    Prudence attend donc près de la tombe de son amie que celle-ci en sorte. Il faut dire que, si elle est contente de pouvoir à nouveau tailler une bavette avec sa copine, Prudence à aussi une idée derrière la tête. Elle a bien l’intention de la recruter comme ange gardienne.

    Ah voilà, ça y est Félicité, telle une brume légère commence à émerger de sa tombe, elle est un peu chancelante, mais c’est normal, c’est quand même un cap important à passer.

    Prudence l’accueille avec chaleur et Félicité reprend vite ses esprits. Les deux amies passent un long moment à se raconter leur vie et leur mort.

    Puis Prudence, ni tenant plus fait LA PROPOSITION à Félicité.

    Celle-ci semble tourner et retourner la proposition dans sa tête, puis avec un large sourire, elle décline l’invitation au grand dam de Prudence qui tente de la convaincre d’accepter.

    « Mais enfin, tu as gagné ta place au Paradis en direct et ça me ferait tellement plaisir qu’on travaille ensemble »

    « Tu es bien gentille ma poulette » (ma poulette !? Prudence en reste comme deux ronds de flan, jamais au grand jamais Félicité ne s’était exprimée ainsi auparavant, toujours sereine, jamais un mot plus haut que l’autre !) « mais figure toi que je me suis tellement enquiquinée dans ma vie, que j’ai bien l’intention de rendre ma mort plus rigolote »

    « Comment ça enquiquinée ? Mais tout le monde t’enviait ton calme, ta, ta, ta béatitude » en bégaye une Prudence sidérée.

    « Justement, je me suis trop conformée à mon prénom, fini tout ça maintenant. J’ai envie de m’amuser un peu »

    Et sous le regard interloqué d’une Prudence dont la mâchoire tombe de manière très inesthétique, voilà que Félicité prend son envol.

    Elle commence par faire le tour des personnes qui se sont moquées d’elle lorsqu’elle était la charmante, mais un peu bêtasse, Mademoiselle Félicité et elle leur fait des niches, oh pas bien méchantes, elle a bon fond notre fantômette nouvelle née. Mais c’est si drôle de cacher des lunettes, d’enlever des dents d’un dentier, de nouer des chaussettes, de détricoter l’ouvrage en cours de toutes ces vieilles pies !

    Au cours de ses allées et venues elle rencontre Adaltrude, ex-dame blanche, qui lui donne quelques trucs pour effrayer un peu les vivants.

    Morte de rire (enfin façon de parler) Félicité réinvesti son ancienne maison et met en scène de véritables spectacles sons et lumières, avec lumières mystérieuses qui se glissent à la nuit tombée de pièce en pièce, volets qui claquent alors qu’il n’y a pas de vent, murmures incompréhensibles, coups de vent dans les cheveux et doigts glaciaux dans le cou de ceux qui passent, bruits de chaîne classiques mais toujours à la mode !

    Bien sûr, les enfants et les adolescents ont vite fait de se rendre compte de ces étranges phénomènes et l’ancienne maison de Mademoiselle Félicité devient le lieu de rendez-vous pour les initiations, pour le plaisir d’avoir peur, pour se sentir vivant en s’amusant. Parce que bien sûr tout le monde s’est rendu compte que les « horreurs » de la maison de Mademoiselle Félicité restaient bon enfant, elle n’arrive pas à faire vraiment peur, mais Thècle, mise au courant par Prudence a passé le mot et les bigorbourgeois prennent un infini plaisir à inventer tout un tas d’histoires effrayantes pour les touristes de passage qui visitent terrifiés la seule « maison hantée » de la région.

    Bref, Mademoiselle Félicité est très heureuse de son sort et en plus pour être agréable à son amie Prudence, http://nounoubricabrac.n.o.pic.centerblog.net/azyw6sfm.jpgelle prend parfois consistance pour mettre à l’épreuve les réflexes des anges gardiens apprentis, elle s’amuse comme une folle à mettre ses doigts dans les prises de courant, à grimper sur la chaise posée en équilibre sur une table bancale, à se suspendre aux lustres. Bref, la maison de Félicité devient un excellent terrain d’entraînement pour les petits nouveaux ce qui ravit Prudence.

    Et si cela vous était possible, vous verriez nos deux vieilles amies déambuler dans les rues, bras dessus, bras dessous en riant comme des gamines. Pas de doute, la mort, ça vous rajeunit !


    32 commentaires
  • Quel prénom difficile à porter Bigornette !

     

    Aujourd’hui, Prudence, l’ange gardienne de Bigorbourg est à la fois heureuse et malheureuse.

    Heureuse parce qu’elle va revoir une vieille et chère amie, malheureuse parce que cette amie vient de mourir.

    Cette amie avec laquelle elle a vécu une longue amitié s’appelait, en fait elle s’appelle toujours, Félicité et voilà un nom qui a été bien porté. Félicité a vécu une vie longue pleine de béatitude, à croire que le prénom était taillé sur mesure pour elle.

    Prudence attend donc près de la tombe de son amie que celle-ci en sorte. Il faut dire que, si elle est contente de pouvoir à nouveau tailler une bavette avec sa copine, Prudence à aussi une idée derrière la tête. Elle a bien l’intention de la recruter comme ange gardienne.

    Ah voilà, ça y est Félicité, telle une brume légère commence à émerger de sa tombe, elle est un peu chancelante, mais c’est normal, c’est quand même un cap important à passer.

    Prudence l’accueille avec chaleur et Félicité reprend vite ses esprits. Les deux amies passent un long moment à se raconter leur vie et leur mort.

    Puis Prudence, ni tenant plus fait LA PROPOSITION à Félicité.

    Celle-ci semble tourner et retourner la proposition dans sa tête, puis avec un large sourire, elle décline l’invitation au grand dam de Prudence qui tente de la convaincre d’accepter.

    « Mais enfin, tu as gagné ta place au Paradis en direct et ça me ferait tellement plaisir qu’on travaille ensemble »

    « Tu es bien gentille ma poulette » (ma poulette !? Prudence en reste comme deux ronds de flan, jamais au grand jamais Félicité ne s’était exprimée ainsi auparavant, toujours sereine, jamais un mot plus haut que l’autre !) « mais figure toi que je me suis tellement enquiquinée dans ma vie, que j’ai bien l’intention de rendre ma mort plus rigolote »

    « Comment ça enquiquinée ? Mais tout le monde t’enviait ton calme, ta, ta, ta béatitude » en bégaye une Prudence sidérée.

    « Justement, je me suis trop conformée à mon prénom, fini tout ça maintenant. J’ai envie de m’amuser un peu »

    Et sous le regard interloqué d’une Prudence dont la mâchoire tombe de manière très inesthétique, voilà que Félicité prend son envol.

    Elle commence par faire le tour des personnes qui se sont moquées d’elle lorsqu’elle était la charmante, mais un peu bêtasse, Mademoiselle Félicité et elle leur fait des niches, oh pas bien méchantes, elle a bon fond notre fantômette nouvelle née. Mais c’est si drôle de cacher des lunettes, d’enlever des dents d’un dentier, de nouer des chaussettes, de détricoter l’ouvrage en cours de toutes ces vieilles pies !

    Au cours de ses allées et venues elle rencontre Adaltrude, ex-dame blanche, qui lui donne quelques trucs pour effrayer un peu les vivants.

    Morte de rire (enfin façon de parler) Félicité réinvesti son ancienne maison et met en scène de véritables spectacles sons et lumières, avec lumières mystérieuses qui se glissent à la nuit tombée de pièce en pièce, volets qui claquent alors qu’il n’y a pas de vent, murmures incompréhensibles, coups de vent dans les cheveux et doigts glaciaux dans le cou de ceux qui passent, bruits de chaîne classiques mais toujours à la mode !

    Bien sûr, les enfants et les adolescents ont vite fait de se rendre compte de ces étranges phénomènes et l’ancienne maison de Mademoiselle Félicité devient le lieu de rendez-vous pour les initiations, pour le plaisir d’avoir peur, pour se sentir vivant en s’amusant. Parce que bien sûr tout le monde s’est rendu compte que les « horreurs » de la maison de Mademoiselle Félicité restaient bon enfant, elle n’arrive pas à faire vraiment peur, mais Thècle, mise au courant par Prudence a passé le mot et les bigorbourgeois prennent un infini plaisir à inventer tout un tas d’histoires effrayantes pour les touristes de passage qui visitent terrifiés la seule « maison hantée » de la région.

    Bref, Mademoiselle Félicité est très heureuse de son sort et en plus pour être agréable à son amie Prudence, http://nounoubricabrac.n.o.pic.centerblog.net/azyw6sfm.jpgelle prend parfois consistance pour mettre à l’épreuve les réflexes des anges gardiens apprentis, elle s’amuse comme une folle à mettre ses doigts dans les prises de courant, à grimper sur la chaise posée en équilibre sur une table bancale, à se suspendre aux lustres. Bref, la maison de Félicité devient un excellent terrain d’entraînement pour les petits nouveaux ce qui ravit Prudence.

    Et si cela vous était possible, vous verriez nos deux vieilles amies déambuler dans les rues, bras dessus, bras dessous en riant comme des gamines. Pas de doute, la mort, ça vous rajeunit !


    32 commentaires
  • Je viens de découvrir avec beaucoup de plaisir les aventures de Nelson le terrible diablotin, de Julie qui a eu le tort de cliquer où il ne fallait pas et de leur ami Floyd le chien. Sont déjà parus 4 tomes de saison complète. Des gags qui tiennent en 3 images faut le faire !

     

    http://www.decitre.fr/gi/80/9782800143880FS.gif

     

    http://i62.servimg.com/u/f62/09/02/08/06/p3220615.jpg

     

    http://i62.servimg.com/u/f62/09/02/08/06/p3220614.jpg

     

    http://i62.servimg.com/u/f62/09/02/08/06/p3220616.jpg

     

    http://i62.servimg.com/u/f62/09/02/08/06/p3220617.jpg


    20 commentaires