• Rediffusion de fin 2008

    Il se sent bien fatigué ce matin Saint Matthieu (NDLR : Pour bien comprendre la suite de l'histoire et pour les ignorants en hagiographie, sachez que Saint Matthieu est le saint patron des comptables, des banquiers et des changeurs). Il faut dire q'uil vient de consulter le planning et il a un sacré boulot qui l'attend aujourd'hui.

    Il entasse sur son diable (NDLR : Je n'y suis pour rien si ça s'appelle comme ça) les dossiers du jour et se dirige en soupirant vers son bureau.

    Il s'installe au milieu de son capharnaüm (NDLR : C'est au poste de douane de Capharnaüm que Matthieu exerçait son boulot et c'est là que Jésus l'a recruté. Et si ce mot désigne aussi un gros bazar c'est qu'il doit y avoir une raison), il allume son ordinateur, se branche sur sa session et appuie sur le bouton d'appel des clients.

    Le panneau d'affichage de la salle d'attente indique "n° 53 bureau SM" (NDLR : Non pas pour sado-maso, mais pour Saint Matthieu faut tout vous expliquer).

    Arrive une pétillante vieille dame, elle présente ses papiers et décroche à Saint Matthieu un sourire radieux bien qu'édenté.

    "Alors voyons : un mari mort à la guerre, a élevé seule ses 4 enfants, n'a jamais baissé les bras, à la retraite a fait du bénévolat. Bon, quelques petits larcins dans les magasins pour nourrir ses enfants, on ne va pas chicaner pour ça. Allez sur 100 je vous donne 90, voilà votre ticket pour l'entrée au Paradis, suivez les flèches dorées marquées au sol".

    Remerciements émus de la première cliente.

    Ensuite trois cas pas au top, de la lâcheté, de l'égoïsme, tout ça ce sont des points en moins et avec seulement 50 points un petit stage au purgatoire ne sera pas superflu.

    "n° 1007" (NDLR : Eh oui, déjà faut pas croire ça dépote là-haut, même s'ils ont l'éternité devant eux).

    Arrive un homme un peu rondouillard et une bonne bouille, il présente ses papiers.

    Saint Matthieu épluche "Eh dites, il manque la fiche de l'année 1942, pas normal ça !"

    Le monsieur pâlit un peu.

    "Bon je contrôle sur ma base de données. Oh, oh, 1942 rafle du Vel d'hiv. Dites, non seulement vous avez raflé, mais vous avez drôlement fouillé pour que personne ne vous échappe. Désolé mais là vous perdez 80 points d'un coup".

    "Mais" balbutie le monsieur "j'ai fait un bon mariage, j'ai bien éduqué mes enfants".

    "Exact c'est par ça qu'il vous reste 20 points, mais les objets volés aux juifs et les enfants envoyés au massacre, ça se paye".

    "Pourtant je n'ai pas été le seul à les emballer, et puis c'était les ordres, et j'ai vu que vous aviez laissé passer un collègue".

    "Oui, mais lui il s'est arrangé pour laisser filer des enfants, ça lui a valu des points en plus. Désolé en ce qui vous concerne c'est le ticket direct pour les pays chauds".

    Saint Matthieu appuie sur un bouton et une trappe s'ouvre sous les pieds du bonhomme.

    "Chaud devant" rigole Saint Matthieu "amusez-vous bien avec celui-là".

    "Merci Matt" lui répond-on.

    Débarque ensuite une femme adultère qui n'en mène pas large.

    "Je sais, je sais, je n'aurais pas du tromper mon mari".

    "Bof, il vous délaissait et puis vos amants vous les choisissiez par amour. Vous savez ça, Jésus il apprécie et n'oubliez pas que Marie Madeleine est une bonne copine. Pour le reste on dira passable 60 points ça passe juste".

    "Et mon mari ?" s'inquiète la dame "il a eu des maîtresses aussi, il est passé alors ?"

    "Ah lui, non direct au sous-sol".

    "Mais pourquoi ? Il a fait comme moi".

    "Si on veut, mais lui pas d'amour là-dedans et des pratiques franchement ignobles notamment avec des enfants, alors ça n'a pas fait un pli, il est parti bronzer et comme en plus il vous maltraitait, ça lui a fait un paquet de points en moins".

    Ensuite une petite pause autour de la machine à café où les Saintes et les Saints échangent potins et souvenirs.

    "La tête à Torquemada quant on l'a envoyé se faire rôtir, trop drôle".

    "Et Simon de Monfort quant il a croisé en descendant les Cathares qui montaient à mourir de rire".

    Ils taillent aussi des bavettes avec les confrères des autres religions.

    "Vous devez avoir du boulot avec tous ces attentats !"

    "M'en parlez pas, ces sacrés fanatiques croient se retrouver nez à nez, enfin je me comprends, avec des houris et zou direct avec vos dingues à vous à la trappe. Et vous avec la crise financière pas trop de banquiers ?"

    "Tu parles, on est plus en 1929, ils filent avec des parachutes dorés plutôt qu'avec une balle dans la tête, mais on les attend au virage".

    Et la journée reprend.

    Saint Matthieu voit passer un douanier. Bon, il n'est pas blanc-bleu, limite des 49, mais comme c'est un collègue il lui accorde un point de plus assorti quand même d'un long passage au purgatoire, on a ses faiblesses mais faut quand même pas exagérer.

    Il accueille ensuite un jeune homme décédé suite à une longue maladie qui râle qu'il n'a pas fait tout ce qu'il voulait sur terre.

    "Vous savez vous pouvez aller directement là-haut. Vous prenez un risque en redescendant".

    Mais non, le jeune homme est prêt à tenter le coup.

    Saint Matthieu l'adresse donc au chef de service Saint Pierre qui est seul habilité à traiter les cas complexes de réincarnation.

    Et voilà des prêtres.

    Celui-là a passé sa vie à se reprocher ses fantasmes vis-à-vis de ses belles paroissiennes, à s'infliger pénitence sur pénitence et à se venger sur ses ouailles en oubliant la simple charité. 25 malheureux points pour ses jeunes années et ouverture de la trappe.

    Celui-ci en revanche, bien qu'ayant vécu dans le "péché" avec une femme a fait rayonner la joie et le bonheur autour de lui, 98 points et direct chez Saint Pierre pour des félicitations.

    Le gros spéculateur mort sur un matelas de billet en laissant derrière lui malheur et désolation essaye bien d'acheter notre Saint Matthieu, mais inflexible il lui attribue zéro et direction le barbecue.

    Cette femme malheureuse qui avoue avoir euthanasié son enfant qui souffrait, est consolée et envoyée par l'ascenseur express rejoindre celui qui lui a tant manqué.

    La journée se termine enfin. Les chiffres de toutes ces vies qu'il a vu défiler jouent la sarabande dans la tête de Saint Matthieu.

    "Mais quand comprendront-ils qu'un peu d'amour fait gagner un maximum de points et qu'on se fiche de presque tout le reste" se dit-il désabusé. Il baille, éteint son ordinateur et s'en va goûter un repos bien mérité dans son NLH (NDLR : Nuage à Loyer Modéré, mais vous aviez deviné), mais peut-être avant une petite sortie avec les collègues pour se boire un petit coup d'hydromel au bar du coin.


    14 commentaires
  • Toujours gentillement ébouriffés mes cygneaux et le cou n'a pas encore la courbure élégante des grands. Mais ils prennent tellement de place maintenant que je n'arrive plus à photographier la famille entière de près. Ceci dit, Maman et Papa continuent à siffler si je m'approche de trop. Suite la semaine prochaine.

    P7290719

    P7290720

    P7290723


    24 commentaires
  • Toujours gentillement ébouriffés mes cygneaux et le cou n'a pas encore la courbure élégante des grands. Mais ils prennent tellement de place maintenant que je n'arrive plus à photographier la famille entière de près. Ceci dit, Maman et Papa continuent à siffler si je m'approche de trop. Suite la semaine prochaine.

    P7290719

    P7290720

    P7290723


    24 commentaires
  • Patsy notre Sorcière m'a remis en mémoire une autre chanson de Simon et Garfunkel que j'aime aussi beaucoup après "The Sound of Silence"

    La même avec Julie Félix

    Et Et les paroles

     

    I'd rather be a sparrow than a snail.

    Yes I would. If I could, I surely would.

    I'd rather be a hammer than a nail.

    Yes I would. If I could, I surely would.

    CHORUS

    Away, I'd rather sail away

    Like a swan that's here and gone

    A man grows older every day

    It gives the world Its saddest sound,

    Its saddest sound.

    I'd rather be a forest than a street.

    Yes I would. If I could, I surely would.

    I'd rather feel the earth beneath my feet,

    Yes I would. If I could, I surely would.


    18 commentaires
  • Patsy notre Sorcière m'a remis en mémoire une autre chanson de Simon et Garfunkel que j'aime aussi beaucoup après "The Sound of Silence"

    La même avec Julie Félix

    Et Et les paroles

     

    I'd rather be a sparrow than a snail.

    Yes I would. If I could, I surely would.

    I'd rather be a hammer than a nail.

    Yes I would. If I could, I surely would.

    CHORUS

    Away, I'd rather sail away

    Like a swan that's here and gone

    A man grows older every day

    It gives the world Its saddest sound,

    Its saddest sound.

    I'd rather be a forest than a street.

    Yes I would. If I could, I surely would.

    I'd rather feel the earth beneath my feet,

    Yes I would. If I could, I surely would.


    18 commentaires