• Bon hier, beau temps dehors et travail enquiquinant et franchement pas motivant dedans. Donc histoire de ne pas se laisser aller, j'ai presque écouté en boucle cette superbe chanson de Pierre Rapsat, dont voici les paroles si vous avez envie de vous rebooster un petit peu. Bon c'est vrai les paroles ne sont pas optimistes (bien que très justes), mais le refrain et la musique on peut dire qu'ils vous requinquent !

     

     

    [Refrain:]
    Tous les jours se dire
    Comme à chaque jour qui passe
    On existe, on existe,on existe encore
    Tous les jours se dire
    Comme à chaque jour qui passe
    On existe, on existe et le dire plus fort

    Mais qu'est-ce qu'on peut faire
    Contre la surenchère
    Cette folle envie de plaire
    Entre deux Best-seller
    De serial killers
    Face à Big Brother
    Pour ne pas être vendu aux enchères

    [au Refrain]

    Face aux OGM
    Dans nos céréales
    Quand Fina nous fait la Total
    Quand les cons débloquent
    Et forment un Blok
    Quand l'âne fait le coq
    Face à l'OMC
    Sans gilet pare-balles

    [au Refrain]

    Vivre avec la peur
    Vivre sous la terreur
    Au milieu de non-fumeurs
    Et perdre la tête
    Pour une cigarette
    Etre sans un rond
    Ou pire !
    Devant le chapeau d'Amélie Nothomb

    [au Refrain]

    On nous prend en otages
    On nous dit dégage
    On est pris dans l'engrenage
    Dans un drôle d'Etat
    Partout où on va
    Les caméras sont là
    Dans les banques et les snacks
    Les claques, les Big-Macs
    Les aérogares et les grands boulevards
    Chez le marchand de fleurs
    Dans les ascenseurs
    Les supermarkets, dans les toilettes
    Au-dessus de la terre
    Dans le ventre de ta mère


    18 commentaires
  • Toujours pour les Chasseurs d'Objets, un autre livre

    livre et plumes

    Plumes et livre

    Lettres, mots, une histoire

    Plaisir arc-en-ciel


    24 commentaires
  • Toujours pour les Chasseurs d'Objets, un autre livre

    livre et plumes

    Plumes et livre

    Lettres, mots, une histoire

    Plaisir arc-en-ciel


    24 commentaires
  • L’encombrant Mister Kitchen – Charles Higson

    http://www.decitre.fr/gi/42/9782268064642FS.gifRésumé Decitre : Quand vous êtes un designer londonien dans le vent, vous pouvez tout avoir : de l'argent, du succès, un bon dealer, de l'arrogance à revendre et un sentiment de supériorité à toute épreuve. Aussi, lorsqu'un emmerdeur du nom de Mister Kitchen vient vous prendre la tête de bon matin pour une histoire de bagnole, il peut arriver que vous réagissiez un peu excessivement - très excessivement même -, et que vous vous retrouviez soudain avec un cadavre sur les bras. Un cadavre qui pourrait réduire en miettes votre confortable petit univers. À moins que vous ne vous en débarrassiez - ni vu ni connu. Mais un emmerdeur, même clamsé, reste un emmerdeur, c'est-à-dire quelqu'un dont on ne se débarrasse pas si facilement. Et lorsque les embûches se multiplient dans une journée particulièrement chargée, riche en surprises - l'ex-petite amie qui accouche, les parents qui débarquent, la dope qui vient à manquer -, la mauvaise farce ne tarde pas à tourner au cauchemar. Tout en dressant un portrait irrésistible des nouveaux riches branchés de la société anglaise, Charles Higson signe un polar déjanté et hilarant, avec un humour noir typiquement british.

    Mon avis : Alors là pour de l’humour noir, c’est de l’humour noir, quand on aime ce genre c’est un sacré bon moment à passer. Il faut dire que l’anti-héros de l’histoire est un pro de la loi de Murphy et c’est le moins que l’on puisse dire, il en ajoute couche après couche, c’est drôle, mordant, amoral juste ce qu’il faut, avec parfois des réflexions frappées au coin du bon sens. Ceci dit, Mister Kitchen était vraiment une tête à claques.

     


    12 commentaires
  • L’encombrant Mister Kitchen – Charles Higson

    http://www.decitre.fr/gi/42/9782268064642FS.gifRésumé Decitre : Quand vous êtes un designer londonien dans le vent, vous pouvez tout avoir : de l'argent, du succès, un bon dealer, de l'arrogance à revendre et un sentiment de supériorité à toute épreuve. Aussi, lorsqu'un emmerdeur du nom de Mister Kitchen vient vous prendre la tête de bon matin pour une histoire de bagnole, il peut arriver que vous réagissiez un peu excessivement - très excessivement même -, et que vous vous retrouviez soudain avec un cadavre sur les bras. Un cadavre qui pourrait réduire en miettes votre confortable petit univers. À moins que vous ne vous en débarrassiez - ni vu ni connu. Mais un emmerdeur, même clamsé, reste un emmerdeur, c'est-à-dire quelqu'un dont on ne se débarrasse pas si facilement. Et lorsque les embûches se multiplient dans une journée particulièrement chargée, riche en surprises - l'ex-petite amie qui accouche, les parents qui débarquent, la dope qui vient à manquer -, la mauvaise farce ne tarde pas à tourner au cauchemar. Tout en dressant un portrait irrésistible des nouveaux riches branchés de la société anglaise, Charles Higson signe un polar déjanté et hilarant, avec un humour noir typiquement british.

    Mon avis : Alors là pour de l’humour noir, c’est de l’humour noir, quand on aime ce genre c’est un sacré bon moment à passer. Il faut dire que l’anti-héros de l’histoire est un pro de la loi de Murphy et c’est le moins que l’on puisse dire, il en ajoute couche après couche, c’est drôle, mordant, amoral juste ce qu’il faut, avec parfois des réflexions frappées au coin du bon sens. Ceci dit, Mister Kitchen était vraiment une tête à claques.

     


    12 commentaires