• Pour notre amie Domino et son Chamicalement vôtre, nous allons jouer aujourd'hui à chat perché. Vous avez probablement déjà vu ces photos, mais Mademoiselle Thalis aime bien qu'on l'admire !

     

    Diablotine.jpg Hauteu--r.jpg

    Furie.jpg

    Thalis-boule-de-no--l.jpg

    Observé

    PC240060

     


    26 commentaires
  • Non il ne s'agit pas des séquelles de mon texte d'hier !

    http://www.decitre.fr/gi/44/9782715230644FS.gifUn immense asile de fous, récits d'un village anglais – Louis de Bernières

    Résumé Decitre : La Grande-Bretagne est vraiment un immense asile de fous... Nous, les Anglais, avons une conception très souple de la normalité. Sous certains aspects nous sommes rigides et formels, mais nous croyons au droit à l'excentricité, à condition qu'elle soit de taille. Nous ne sommes pas très tolérants envers les petites. Malheur à vous si vous tenez mal votre couteau, mais tout va bien si vous portez un pagne autour des reins et si vous vivez dans un arbre... En route donc pour un village du Surrey, très semblable à celui où Louis de Bernières a passé son enfance, à la rencontre de certains de ses habitants, disons, un peu particuliers.
    Voici Mrs Mac, qui sort se promener en tenant son mari par le bras, paie leurs deux tickets dans le bus, prend le thé avec lui. L'ennui, c'est qu'il est mort depuis longtemps, mais personne ne s'étonne de l'étrange balade. Voici le colonel en retraite qui perd la mémoire au point d'oublier de mettre son pantalon quand il va faire ses courses. Mais le policier du village est très courtois. Voici John et Alan, les deux jardiniers qui, à l'heure de la pause, aiment bien bavarder avec la jolie Sylvie, qui travaille à l'écurie. Tous trois n'hésitent jamais à confier leurs soucis ou leurs joies à George, toujours présent. Sauf que George est une araignée qui tisse sa toile dans la serre. Voici des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des enfants, dont les histoires vont nous faire rire, mais aussi, souvent, nous serrer le coeur.

    Mon avis : Un charmant recueil de nouvelles, difficile d'ajouter quelque chose à ce résumé qui donne déjà une bonne idée des choses. On peut ajouter peut-être : un freux apprivoisé, un dingue de golf, un fantôme prévoyant, un brochet énervant, un jeune pêcheur plein d'avenir, des chats capricieux, un quatuor à vent, des ex-militaires hauts en couleur, des religieuses dingues du volant, la vengeance de la famille d'une jeune fille abandonnée, le premier amour d'un jeune garçon. On rit, on a le cœur serré et sur le tout flotte une douce odeur de nostalgie et de folie douce. A déguster.


    14 commentaires
  • Non il ne s'agit pas des séquelles de mon texte d'hier !

    http://www.decitre.fr/gi/44/9782715230644FS.gifUn immense asile de fous, récits d'un village anglais – Louis de Bernières

    Résumé Decitre : La Grande-Bretagne est vraiment un immense asile de fous... Nous, les Anglais, avons une conception très souple de la normalité. Sous certains aspects nous sommes rigides et formels, mais nous croyons au droit à l'excentricité, à condition qu'elle soit de taille. Nous ne sommes pas très tolérants envers les petites. Malheur à vous si vous tenez mal votre couteau, mais tout va bien si vous portez un pagne autour des reins et si vous vivez dans un arbre... En route donc pour un village du Surrey, très semblable à celui où Louis de Bernières a passé son enfance, à la rencontre de certains de ses habitants, disons, un peu particuliers.
    Voici Mrs Mac, qui sort se promener en tenant son mari par le bras, paie leurs deux tickets dans le bus, prend le thé avec lui. L'ennui, c'est qu'il est mort depuis longtemps, mais personne ne s'étonne de l'étrange balade. Voici le colonel en retraite qui perd la mémoire au point d'oublier de mettre son pantalon quand il va faire ses courses. Mais le policier du village est très courtois. Voici John et Alan, les deux jardiniers qui, à l'heure de la pause, aiment bien bavarder avec la jolie Sylvie, qui travaille à l'écurie. Tous trois n'hésitent jamais à confier leurs soucis ou leurs joies à George, toujours présent. Sauf que George est une araignée qui tisse sa toile dans la serre. Voici des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des enfants, dont les histoires vont nous faire rire, mais aussi, souvent, nous serrer le coeur.

    Mon avis : Un charmant recueil de nouvelles, difficile d'ajouter quelque chose à ce résumé qui donne déjà une bonne idée des choses. On peut ajouter peut-être : un freux apprivoisé, un dingue de golf, un fantôme prévoyant, un brochet énervant, un jeune pêcheur plein d'avenir, des chats capricieux, un quatuor à vent, des ex-militaires hauts en couleur, des religieuses dingues du volant, la vengeance de la famille d'une jeune fille abandonnée, le premier amour d'un jeune garçon. On rit, on a le cœur serré et sur le tout flotte une douce odeur de nostalgie et de folie douce. A déguster.


    14 commentaires
  • Pour notre atelier d'écriture, nous avons encore emprunté deux mots à Quichottine

    Voilà mon petit délire personnel

    Qu'est ce qu'un lamarabout ? Vous vous posez la question, je vous sens frébrile. Pour tout dire moi aussi ! Comment voulez vous que je sache ce que peut bien être cette bestiole ! Essayons de décortiquer ce mot. La lumière jaillira peut-être.


    Nous avons donc le lama, qui est soit un moine bouddhiste (enfin il me semble), soit un animal snob qui n'hésite pas à cracher sur qui l'indispose. Son poil servant à faire de beaux manteaux il doit se croire sorti de la cuisse à Jupiter, encore que l'on puisse raisonnablement se demander ce que Jupiter vient faire dans cette galère.

    Nous avons également le marabout, à vous de choisir si vous préférez le marabout sorcier qui saura résoudre vos problèmes de coeur ou le marabout oiseau pas vraiment beau il faut le dire.

    Et puis en allant plus loin vous avez le bout, ce qui est logique puisque vous êtes allé plus loin, donc au bout, vous me suivez là ?

    Donc pour résumer vous pouvez vous retrouver avec un moine qui discute le bout de gras avec un marabout sorcier ou avec un lama qui crachouille sur un pauvre marabout déplumé parce qu'il est tellement à bout qu'il s'est arraché les plumes de désespoir à lire les âneries que je suis en train d'aligner.

    Maintenant il se peut aussi que ce soit un lama (le moine) qui se promène à dos de marabout (l'oiseau) mais dans ce cas il faut que le lama soit très petit ou le marabout très grand.

    Autre possibilité le lama (le quadrupède) peut aider le marabout (le sorcier) à transporter son matériel.

    Seul petit problème avec ces deux associations, il ne me semble pas que, attention essayez de suivre, il ne me semble pas disais-je donc que le lama (le quadrupède) et le marabout (le sorcier), pas plus que le lama (le moine) et le marabout (l'oiseau) vivent sur les mêmes continents.

    Vous comprenez donc la difficulté de venir à bout de ce problème et pour tout dire, j'en ai marre, marre à bout, bout de ficelle, la caravane passe et le chien à bois, dans le cas présent le chien n'aboit pas "ouah, ouah" le chien est un chien porteur de bois comme un cerf, donc un chien à bois, il faut donc se méfier à la fois de ses crocs et de ses bois.

    Bref, nous dirons si vous le voulez bien que nous sommes arrivés au bout de cette histoire sans marabout, sans lama et sans bout ! Et surtout sans queue ni tête !


    38 commentaires
  • Pour notre atelier d'écriture, nous avons encore emprunté deux mots à Quichottine

    Voilà mon petit délire personnel

    Qu'est ce qu'un lamarabout ? Vous vous posez la question, je vous sens frébrile. Pour tout dire moi aussi ! Comment voulez vous que je sache ce que peut bien être cette bestiole ! Essayons de décortiquer ce mot. La lumière jaillira peut-être.


    Nous avons donc le lama, qui est soit un moine bouddhiste (enfin il me semble), soit un animal snob qui n'hésite pas à cracher sur qui l'indispose. Son poil servant à faire de beaux manteaux il doit se croire sorti de la cuisse à Jupiter, encore que l'on puisse raisonnablement se demander ce que Jupiter vient faire dans cette galère.

    Nous avons également le marabout, à vous de choisir si vous préférez le marabout sorcier qui saura résoudre vos problèmes de coeur ou le marabout oiseau pas vraiment beau il faut le dire.

    Et puis en allant plus loin vous avez le bout, ce qui est logique puisque vous êtes allé plus loin, donc au bout, vous me suivez là ?

    Donc pour résumer vous pouvez vous retrouver avec un moine qui discute le bout de gras avec un marabout sorcier ou avec un lama qui crachouille sur un pauvre marabout déplumé parce qu'il est tellement à bout qu'il s'est arraché les plumes de désespoir à lire les âneries que je suis en train d'aligner.

    Maintenant il se peut aussi que ce soit un lama (le moine) qui se promène à dos de marabout (l'oiseau) mais dans ce cas il faut que le lama soit très petit ou le marabout très grand.

    Autre possibilité le lama (le quadrupède) peut aider le marabout (le sorcier) à transporter son matériel.

    Seul petit problème avec ces deux associations, il ne me semble pas que, attention essayez de suivre, il ne me semble pas disais-je donc que le lama (le quadrupède) et le marabout (le sorcier), pas plus que le lama (le moine) et le marabout (l'oiseau) vivent sur les mêmes continents.

    Vous comprenez donc la difficulté de venir à bout de ce problème et pour tout dire, j'en ai marre, marre à bout, bout de ficelle, la caravane passe et le chien à bois, dans le cas présent le chien n'aboit pas "ouah, ouah" le chien est un chien porteur de bois comme un cerf, donc un chien à bois, il faut donc se méfier à la fois de ses crocs et de ses bois.

    Bref, nous dirons si vous le voulez bien que nous sommes arrivés au bout de cette histoire sans marabout, sans lama et sans bout ! Et surtout sans queue ni tête !


    38 commentaires