• Après un repos bien mérité, Bigorbourg espère accueillir de nouveaux habitants. Pour la rentrée Jill Bill et sa Cour de Récré nous proposent le prénom Annette. Je vous rappelle ma petite page à droite pour vous y retrouver dans mes personnages.

    Annette est une charmante dame qui a tout un monde dans la tête. Tout au long de sa vie elle a emmagasiné de très nombreuses histoires, des pour faire peur, des pour rêver, des pour rire, des pour pleurer, des histoires d'ici et d'ailleurs et même d'encore plus loin, des histoires d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

    Bref, Annette a le cerveau qui bouillonne et la langue qui la démange. Elle voudrait bien que tout le monde profite de ses histoires.

    Achille le bibliothécaire lui a offert ses locaux pour qu'elle puisse proposer aux bigorbourgeois "une heure du conte", mais voilà à Bigorbourg aussi il y a la télé, les jeux vidéos, internet, Iphone et autres bidules fort intéressants à condition de ne pas en abuser.

    Alors, malheureusement, les bigorbourgeois ont du mal à trouver une heure à consacrer à Annette qui en est fort marrie. Bien sûr, les jeunes élèves de l'école l'accueillent avec plaisir et se délectent de ses contes, mais Annette aimerait bien que les adultes retrouvent un petit peu de leur cœur d'enfant et viennent eux aussi écouter ses belles histoires.

    Mais comment faire pour arriver à les décrocher de leurs divers écrans ?

    Un jour de blues, elle s'en ouvre à Madame Thècle, tout en dégustant un délicieux muffin à la myrfraise arrosé d'un thé aux fleurs de tournesoleil.

    Madame Thècle promet de réfléchir à la question. Enfin quoi, arriver à distraire les Bigorbourgeois de leurs activités routinières une petite heure par semaine ce ne doit quand même pas être si difficile !

    A la nuit tombante, Madame Thècle enfourche son fidèle balai Herbert et s'en va faire un tour, une petite promenade l'aidera sûrement à trouver le moyen d'aider la charmante Annette.

    En passant devant le clocher, elle entend Marius et son petit "assent" en train de discuter avec Landry et les 3 G, elle va pour passer son chemin, quand tout à coup, ZAP, elle freine des 4 fers (enfin façon de parler parce que je ne crois pas qu'Herbert soit ferré) et s'en va rejoindre les cloches et leurs enfants adoptifs.

    Des pourparlers s'engagent, un plan se met en place à grand renfort de rires. Puis les comploteurs très satisfaits d'eux se donnent rendez-vous pour le samedi qui vient et Thècle s'en va exposer son idée à Annette qui reste un peu estomaquée par l'audace de la bande de conspirateurs, dont elle fait maintenant partie.

    Et voilà le samedi après-midi qui arrive, Annette, installée à la bibliothèque se sent terriblement fébrile et si le plan ne fonctionnait pas ?

    Mais voilà que de nombreux habitants investissent la bibliothèque qui arrive on ne sait comment (en fait personne ne cherche trop à savoir) à contenir tout le monde.

    Une fois le brouhaha de l'installation calmé. Annette toute tremblante s'avance et se met à raconter une histoire et plus elle va, plus sa tension diminue et plus les images qu'elle évoque de toute son âme se font présentes, entraînant les petits et les grands bigorbourgeois dans un rêve éveillé dont ils sortent émerveillés une bonne heure plus tard, prêts à recommencer l'extraordinaire expérience, d'ailleurs tous acceptent le prochain rendez-vous proposé, d'autant qu'Achille et Thècle n'ont pas hésité à approvisionner tout le monde en gâteaux et en boissons.

    Je sens que vous vous demandez comment Thècle et son gang ont réussi ce tour de force d'amener la population à ce qui ressemble terriblement à une veillée de l'ancien temps !

    Tout simplement. En fait, Marius l'éclair aidé de son ami Landry le vent, ont piraté les circuits électriques et perturbé l'émission des ondes, causant l'arrêt pur et simple du fonctionnement de tous les équipements informatiques et audio-visuels ! Et pour couper court aux récriminations, les 3 G (les cloches Gudule, Guduline et Gudulette) se sont mises à sonner à qui mieux mieux et (ne cherchez pas le pourquoi du comment) ont fait comprendre aux habitants qu'ils devaient se rendre à la bibliothèque.

    Et voilà, depuis, tous les samedis après-midi, Annette enchaîne les "Il était une fois" "il est une fois" "il serahttp://www.ateliermagique.com/uploads/thumbnails/uploads/drawing/016700/016667/la-conteuse-d-histoire_500x500.jpg une fois" devant un auditoire captivé. Et lorsqu'il y a des récalcitrants, des addicts, Marius et Landry n'hésitent pas à faire une nouvelle incursion sur le réseau. Mais rassurez-vous aucune donnée n'est perdue et même, les émissions préférées se retrouvent enregistrées pour une diffusion ultérieure. Il ne faudrait pas que l'heure du conte devienne une punition n'est-ce pas ? On peut vivre avec son temps mais profiter d'un peu des divertissements simples d'autrefois, non ?

     


    36 commentaires
  • Après un repos bien mérité, Bigorbourg espère accueillir de nouveaux habitants. Pour la rentrée Jill Bill et sa Cour de Récré nous proposent le prénom Annette. Je vous rappelle ma petite page à droite pour vous y retrouver dans mes personnages.

    Annette est une charmante dame qui a tout un monde dans la tête. Tout au long de sa vie elle a emmagasiné de très nombreuses histoires, des pour faire peur, des pour rêver, des pour rire, des pour pleurer, des histoires d'ici et d'ailleurs et même d'encore plus loin, des histoires d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

    Bref, Annette a le cerveau qui bouillonne et la langue qui la démange. Elle voudrait bien que tout le monde profite de ses histoires.

    Achille le bibliothécaire lui a offert ses locaux pour qu'elle puisse proposer aux bigorbourgeois "une heure du conte", mais voilà à Bigorbourg aussi il y a la télé, les jeux vidéos, internet, Iphone et autres bidules fort intéressants à condition de ne pas en abuser.

    Alors, malheureusement, les bigorbourgeois ont du mal à trouver une heure à consacrer à Annette qui en est fort marrie. Bien sûr, les jeunes élèves de l'école l'accueillent avec plaisir et se délectent de ses contes, mais Annette aimerait bien que les adultes retrouvent un petit peu de leur cœur d'enfant et viennent eux aussi écouter ses belles histoires.

    Mais comment faire pour arriver à les décrocher de leurs divers écrans ?

    Un jour de blues, elle s'en ouvre à Madame Thècle, tout en dégustant un délicieux muffin à la myrfraise arrosé d'un thé aux fleurs de tournesoleil.

    Madame Thècle promet de réfléchir à la question. Enfin quoi, arriver à distraire les Bigorbourgeois de leurs activités routinières une petite heure par semaine ce ne doit quand même pas être si difficile !

    A la nuit tombante, Madame Thècle enfourche son fidèle balai Herbert et s'en va faire un tour, une petite promenade l'aidera sûrement à trouver le moyen d'aider la charmante Annette.

    En passant devant le clocher, elle entend Marius et son petit "assent" en train de discuter avec Landry et les 3 G, elle va pour passer son chemin, quand tout à coup, ZAP, elle freine des 4 fers (enfin façon de parler parce que je ne crois pas qu'Herbert soit ferré) et s'en va rejoindre les cloches et leurs enfants adoptifs.

    Des pourparlers s'engagent, un plan se met en place à grand renfort de rires. Puis les comploteurs très satisfaits d'eux se donnent rendez-vous pour le samedi qui vient et Thècle s'en va exposer son idée à Annette qui reste un peu estomaquée par l'audace de la bande de conspirateurs, dont elle fait maintenant partie.

    Et voilà le samedi après-midi qui arrive, Annette, installée à la bibliothèque se sent terriblement fébrile et si le plan ne fonctionnait pas ?

    Mais voilà que de nombreux habitants investissent la bibliothèque qui arrive on ne sait comment (en fait personne ne cherche trop à savoir) à contenir tout le monde.

    Une fois le brouhaha de l'installation calmé. Annette toute tremblante s'avance et se met à raconter une histoire et plus elle va, plus sa tension diminue et plus les images qu'elle évoque de toute son âme se font présentes, entraînant les petits et les grands bigorbourgeois dans un rêve éveillé dont ils sortent émerveillés une bonne heure plus tard, prêts à recommencer l'extraordinaire expérience, d'ailleurs tous acceptent le prochain rendez-vous proposé, d'autant qu'Achille et Thècle n'ont pas hésité à approvisionner tout le monde en gâteaux et en boissons.

    Je sens que vous vous demandez comment Thècle et son gang ont réussi ce tour de force d'amener la population à ce qui ressemble terriblement à une veillée de l'ancien temps !

    Tout simplement. En fait, Marius l'éclair aidé de son ami Landry le vent, ont piraté les circuits électriques et perturbé l'émission des ondes, causant l'arrêt pur et simple du fonctionnement de tous les équipements informatiques et audio-visuels ! Et pour couper court aux récriminations, les 3 G (les cloches Gudule, Guduline et Gudulette) se sont mises à sonner à qui mieux mieux et (ne cherchez pas le pourquoi du comment) ont fait comprendre aux habitants qu'ils devaient se rendre à la bibliothèque.

    Et voilà, depuis, tous les samedis après-midi, Annette enchaîne les "Il était une fois" "il est une fois" "il serahttp://www.ateliermagique.com/uploads/thumbnails/uploads/drawing/016700/016667/la-conteuse-d-histoire_500x500.jpg une fois" devant un auditoire captivé. Et lorsqu'il y a des récalcitrants, des addicts, Marius et Landry n'hésitent pas à faire une nouvelle incursion sur le réseau. Mais rassurez-vous aucune donnée n'est perdue et même, les émissions préférées se retrouvent enregistrées pour une diffusion ultérieure. Il ne faudrait pas que l'heure du conte devienne une punition n'est-ce pas ? On peut vivre avec son temps mais profiter d'un peu des divertissements simples d'autrefois, non ?

     


    36 commentaires
  • http://www.decitre.fr/gi/14/9782226221414FS.gifLe requiem des Abysses – Maxime Chattam

    Résumé Decitre : Pour oublier le criminel qui a terrorisé Paris lors de l’Exposition universelle de 1900 et se remettre de leurs aventures, l’écrivain Guy de Timée et Faustine, la belle catin, se sont réfugiés au château d’Elseneur dans le Vexin. Mais là, dans une ferme isolée, une famille est assassinée selon une mise en scène macabre, alors que l’ombre d’une créature étrange rode dans les champs environnants… Guy, dans sa soif de comprendre le Mal, de le définir dans ses romans, replonge dans ses vieux démons, endossant à nouveau ce rôle de criminologue, qui le conduit peu à peu, comme un profiler avant la lettre, à dresser le portrait du monstre. Pendant ce temps, à Paris, les momies se réveillent, les médiums périssent étrangement et les rumeurs les plus folles se répandent dans les cercles occultes

    Mon avis : J'ai trouvé le second volet de ce diptyque plus intéressant que le premier, un peu moins alambiqué dans sa construction. Bon, le terme "évènement déclencheur" dans la bouche d'un écrivain du début du XXème siècle fait un peu bizarre, mais cela mis à part, il faut reconnaître que les déductions de Guy sont plutôt bien faites, dommage qu'elles tombent avec beaucoup de régularité légèrement à côté de la plaque, non pas en ce qui concerne les mobiles, mais plutôt en ce qui concerne l'auteur des faits ! D'ailleurs, faut-il parler d'auteur ou d'auteurs ? Bien sûr comme d'habitude avec Chattam un mobile qui sort de l'ordinaire et des manipulations bien machiavéliques. Pour tout dire Guy se fait drôlement mener en bateau et nous aussi d'ailleurs. Et celui qui mène la danse n'est pas forcément celui auquel on pense en premier lieu. Le mieux est de lire les deux romans à la suite, cela vous permettra peut-être de ne pas laisser échapper quelques indices précieux pour résoudre l'énigme finale, en ce qui me concerne je me suis royalement fait avoir.


    16 commentaires
  • http://www.decitre.fr/gi/14/9782226221414FS.gifLe requiem des Abysses – Maxime Chattam

    Résumé Decitre : Pour oublier le criminel qui a terrorisé Paris lors de l’Exposition universelle de 1900 et se remettre de leurs aventures, l’écrivain Guy de Timée et Faustine, la belle catin, se sont réfugiés au château d’Elseneur dans le Vexin. Mais là, dans une ferme isolée, une famille est assassinée selon une mise en scène macabre, alors que l’ombre d’une créature étrange rode dans les champs environnants… Guy, dans sa soif de comprendre le Mal, de le définir dans ses romans, replonge dans ses vieux démons, endossant à nouveau ce rôle de criminologue, qui le conduit peu à peu, comme un profiler avant la lettre, à dresser le portrait du monstre. Pendant ce temps, à Paris, les momies se réveillent, les médiums périssent étrangement et les rumeurs les plus folles se répandent dans les cercles occultes

    Mon avis : J'ai trouvé le second volet de ce diptyque plus intéressant que le premier, un peu moins alambiqué dans sa construction. Bon, le terme "évènement déclencheur" dans la bouche d'un écrivain du début du XXème siècle fait un peu bizarre, mais cela mis à part, il faut reconnaître que les déductions de Guy sont plutôt bien faites, dommage qu'elles tombent avec beaucoup de régularité légèrement à côté de la plaque, non pas en ce qui concerne les mobiles, mais plutôt en ce qui concerne l'auteur des faits ! D'ailleurs, faut-il parler d'auteur ou d'auteurs ? Bien sûr comme d'habitude avec Chattam un mobile qui sort de l'ordinaire et des manipulations bien machiavéliques. Pour tout dire Guy se fait drôlement mener en bateau et nous aussi d'ailleurs. Et celui qui mène la danse n'est pas forcément celui auquel on pense en premier lieu. Le mieux est de lire les deux romans à la suite, cela vous permettra peut-être de ne pas laisser échapper quelques indices précieux pour résoudre l'énigme finale, en ce qui me concerne je me suis royalement fait avoir.


    16 commentaires
  • Pierre Bachelet, ce n'est pas que le Nord, c'est aussi la mer. Allez embarquez avec Eric, Pierre et Flo !

     

    L'homme qui avait reçu
    Toute la mer en partage
    Vers une étoile inconnue
    Serait parti à la nage

    Lui qui n'aimait pas parler
    Qu'on disait un peu sauvage
    Il nous aura fait rêver
    A chacun de ses voyages

    Le vent souffle sur la mer
    Un air que je veux chanter
    Marin libre et solitaire
    Sans toi j'ai le cœur serré

    Son sourire illuminait
    Les rides de son visage
    Que la mer avait griffées
    Comme les dunes de la plage

    Un jour le dernier départ
    Un soir la fin du voyage
    A bord du grand voilier noir
    Adieu les fous et les sages

    Le vent souffle sur la mer
    Un air qui nous fait pleurer
    Marin libre et solitaire
    Sans toi j'ai peur de rêver

    Les marins racontent l'histoire
    De ton bateau de ton courage
    Il était un grand voilier noir
    Qui fendait la mer et les âges
    Une ombre est au bout du sillage

    Quand vous entendez la mer
    La nuit battre les rivages
    C'est peut-être lui le solitaire
    Qui lance un dernier message

    Le vent souffle sur la mer
    Un air qui veut consoler
    Marin libre et solitaire
    Sans toi le monde est blessé

    Le vent souffle sur la mer
    Un air qui parle d'aimer
    Marin libre et solitaire
    Jamais je ne t'oublierai

     

     

    Flo
    C'est bien le nom que tu voulais
    Toi qui ressembles à la marée
    Sur les cailloux de St-Malo
    Flo
    Sous tes paupières ultra-marines
    Parfois je lis ou je devine
    La solitude des bateaux

    Pierre
    T'es comme un rocher sur la lande
    Tu ne bouges pas tu te demandes
    Où peuvent bien aller les rivières

    Chacun est fait comme il est
    Chacun prend feu comme il peut
    Mais sous le ciel immense
    Tous les rochers du silence
    Tous les oiseaux en partance
    Se retrouvent parfois
    Chacun est fait comme il est
    Chacun prend feu comme il peut
    Chacun va son chemin
    Jusqu'à l'endroit du destin
    Où se retrouvent les mains
    Qui se quittaient déjà

    Pierre
    Quand mon voilier s'envole sur l'eau
    J'ai l'impression d'être un oiseau
    Mais j'ai le coeur sans illusion
    Pierre
    T'as l'nom d'un cailloux qui affleure
    On pourrait naufragé le coeur
    Danger pour la navigation

    Flo
    Même si la pluie te mouille parfois
    Les vagues tournent autour de toi
    C'est toi qui les mènes en bateau

    Refrain


    24 commentaires