• Je viens de créer une nouvelle rubrique dans laquelle je vais mettre les petits textes réalisés lors de des séances de notre "Atelier d'écriture". Nous nous réunissons un mercredi sur deux le soir à partir de 20 h 30 et nous sommes actuellement une dizaine. Je vous proposerai donc dans cette rubrique mes textes (et éventuellement ceux de mes compagnons de jeux s'ils sont d'accord) et pour ceux d'entre vous qui font également partie de ce type de "club" qu'ils n'hésitent pas à piocher dans nos idées et à nous proposer les leurs, je pense notamment à Cathzette et à Dioméda. Une communauté d'ateliers d'écriture réels et non virtuels pourrait être à étudier pour ce partage, qu'en pensez-vous ? Et ci-dessous, je vous mets ce qui est sorti de notre dernier rendez-vous.


    14 commentaires
  • Je viens de créer une nouvelle rubrique dans laquelle je vais mettre les petits textes réalisés lors de des séances de notre "Atelier d'écriture". Nous nous réunissons un mercredi sur deux le soir à partir de 20 h 30 et nous sommes actuellement une dizaine. Je vous proposerai donc dans cette rubrique mes textes (et éventuellement ceux de mes compagnons de jeux s'ils sont d'accord) et pour ceux d'entre vous qui font également partie de ce type de "club" qu'ils n'hésitent pas à piocher dans nos idées et à nous proposer les leurs, je pense notamment à Cathzette et à Dioméda. Une communauté d'ateliers d'écriture réels et non virtuels pourrait être à étudier pour ce partage, qu'en pensez-vous ? Et ci-dessous, je vous mets ce qui est sorti de notre dernier rendez-vous.


    14 commentaires
  • Voilà ce qui a été proposé à notre groupe mercredi dernier. D'abord l'échauffement avec les mots et ensuite nous avons à nouveau pioché dans la liste de Quichottine avec le mot Muskarica.


    Gâteau - Vacances - Berceau - Papillon - Etincelle - Pourquoi - Arbitraire - Rire

    Mamie Gâteau avait accueilli ses petits enfants en vacances. Le petit dernier se balançait dans son berceau en essayant d'attraper le papillon, qui telle une étincelle bleue, voletait devant ses menottes. Pourquoi n'arrivait-il pas à l'attraper ? C'est là tout l'arbitraire de la vie petit homme, il vaut mieux en rire.

    C'était du gâteau, du tout cuit. Après les vacances le berceau allait être occupé. Nul doute que l'électorat comme un papillon ivre allait avoir le déclic, l'étincelle. Pourquoi tous ces naïfs ne revoteraient-ils pas pour lui ? L'arbitraire serait oublié, passé par pertes et profits grâce au rire d'un enfant. L'espoir fait vivre et le désespoir espérer.


    Muscarika

    Le muscarika est une plante sauvage, très sauvage que l'on trouve au fin fond du Zaraï, un petit patelin perdu au milieu de la cordillère des andes, le village le plus célèbre pour sa production de muscarika a pour nom Rika.

    C'est la seule production de cette province oubliée.

    Le muscarika se présente d'abord sous la forme d'une ridicule brindille vaguement verdâtre, il n'a rien pour lui à l'âge tendre. A l'adolescence le Muscarika commence à développer sur ses feuilles de curieux boutons qu'il vaut mieux éviter de tripoter si on ne veut pas se retrouver à se gratter.

    A l'âge adulte, le Muscarika pousse dans tous les sens, il n'arrête pas de se développer, de se répandre, d'essayer de prendre la place des autres plantes. Quand je vous disais que c'est un sauvage.

    Heureusement, arrive l'âge mûr, l'âge bien mûr, alors le muscarika s'assagit et de beaux fruits juteux lui viennent. Ces fruits une fois cueillis sont pressés par les villageois de ce lieu perdu et ce jus se transforme en une boisson capiteuse qui est réservée aux anciens du village, les seuls capables d'apprécier tout l'arôme développé au cours d'une longue vie, parce que j'ai oublié de vous le dire, mais le muscarika met quand même 80 ans avant de produire ce vin divin !


    18 commentaires
  • Voilà ce qui a été proposé à notre groupe mercredi dernier. D'abord l'échauffement avec les mots et ensuite nous avons à nouveau pioché dans la liste de Quichottine avec le mot Muskarica.


    Gâteau - Vacances - Berceau - Papillon - Etincelle - Pourquoi - Arbitraire - Rire

    Mamie Gâteau avait accueilli ses petits enfants en vacances. Le petit dernier se balançait dans son berceau en essayant d'attraper le papillon, qui telle une étincelle bleue, voletait devant ses menottes. Pourquoi n'arrivait-il pas à l'attraper ? C'est là tout l'arbitraire de la vie petit homme, il vaut mieux en rire.

    C'était du gâteau, du tout cuit. Après les vacances le berceau allait être occupé. Nul doute que l'électorat comme un papillon ivre allait avoir le déclic, l'étincelle. Pourquoi tous ces naïfs ne revoteraient-ils pas pour lui ? L'arbitraire serait oublié, passé par pertes et profits grâce au rire d'un enfant. L'espoir fait vivre et le désespoir espérer.


    Muscarika

    Le muscarika est une plante sauvage, très sauvage que l'on trouve au fin fond du Zaraï, un petit patelin perdu au milieu de la cordillère des andes, le village le plus célèbre pour sa production de muscarika a pour nom Rika.

    C'est la seule production de cette province oubliée.

    Le muscarika se présente d'abord sous la forme d'une ridicule brindille vaguement verdâtre, il n'a rien pour lui à l'âge tendre. A l'adolescence le Muscarika commence à développer sur ses feuilles de curieux boutons qu'il vaut mieux éviter de tripoter si on ne veut pas se retrouver à se gratter.

    A l'âge adulte, le Muscarika pousse dans tous les sens, il n'arrête pas de se développer, de se répandre, d'essayer de prendre la place des autres plantes. Quand je vous disais que c'est un sauvage.

    Heureusement, arrive l'âge mûr, l'âge bien mûr, alors le muscarika s'assagit et de beaux fruits juteux lui viennent. Ces fruits une fois cueillis sont pressés par les villageois de ce lieu perdu et ce jus se transforme en une boisson capiteuse qui est réservée aux anciens du village, les seuls capables d'apprécier tout l'arôme développé au cours d'une longue vie, parce que j'ai oublié de vous le dire, mais le muscarika met quand même 80 ans avant de produire ce vin divin !


    18 commentaires
  • Pour le casse-tête de Lajemy, je fais aujourd'hui de la grève active avec cette fable de l'ami Jean qu'OB devrait méditer  avant qu'il ne soit trop tard

     

    Une Grenouille vit un Boeuf
    Qui lui sembla de belle taille.
    Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf,
    Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
    Pour égaler l'animal en grosseur,
    Disant : "Regardez bien, ma soeur ;
    Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
    - Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ?
    - Vous n'en approchez point. "La chétive pécore
    S'enfla si bien qu'elle creva.
    Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
    Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
    Tout petit prince a des ambassadeurs,
    Tout marquis veut avoir des pages.

     

    Solidarite-ecran-noir-Mamigoz 


    20 commentaires