• A la manière de Queneau et de ses exercices de style sur un texte de Danny Laferrière que voici :

    "On se couchait sur les rails pour se relever au moment du passage du train. On pariait sur celui qui se retirait en dernier. Mon ami gagnait à chaque fois. Un jour, je lui ai demandé son secret. Je ferme les yeux, me dit-il et je m'imagine en train de faire l'amour avec Juliette. C'est vrai que Juliette nous rendait tous fous à l'époque. Je le comprends de vouloir rester avec elle. Je ne me serais pas relevé à temps. Je le retrouve cloué sur un fauteuil roulant. Il n'arrive plus à bouger ses jambes. J'ai tout de suite pensé que le désir avait eu raison de sa peur."

    Et voila mes deux propositions :

    Lettre administrative

    Monsieur le Proviseur,

    J’ai l’honneur de vous faire savoir que des garnements de votre école s’amusent à se coucher sur nos rails pour ne se relever qu’au moment du passage de nos trains.

    Un jeune homme a l’air particulièrement doué à ce petit jeu. Je ne sais à quoi il peut bien penser lorsqu’il ferme les yeux, mais il a semblé à notre oeil scandalisé que ses rêveries devaient prendre un tour obscène. Vos autres chenapans n’ont manifestement pas les mêmes fantasmes !

    C’est pourquoi, je tiens à vous faire savoir que ma compagnie décline absolument et fermement toute responsabilité concernant le fâcheux incident qui oblige maintenant ce jeune homme à se déplacer en fauteuil roulant et je lui conseille de s’adresser à la jeune personne qui le captivait autant pour s'occuper de lui maintenant.

    Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Proviseur, toute l’expression de ma sincère compassion pour votre rôle ingrat d’éducateur.

     

    Faits divers.

    Terrible accident sur la voie de chemin de fer.

    Une bande de jeunes s’était donné comme défi de rester le plus longtemps possible couchés sur les rails.http://www.artistikrezo.com/images/stories/redac3/queneau_ptl.jpg

    L’un d’entre ne s’est malheureusement pas relevé assez vite. Il est désormais condamné à rester dans un fauteuil roulant.

    Il nous a déclaré « Je ne regrette rien, maintenant Juliette sait combien je tiens à elle »

    Voilà une déclaration d’amour qui a coûté cher à son auteur.

     


     



    24 commentaires
  • A la manière de Queneau et de ses exercices de style sur un texte de Danny Laferrière que voici :

    "On se couchait sur les rails pour se relever au moment du passage du train. On pariait sur celui qui se retirait en dernier. Mon ami gagnait à chaque fois. Un jour, je lui ai demandé son secret. Je ferme les yeux, me dit-il et je m'imagine en train de faire l'amour avec Juliette. C'est vrai que Juliette nous rendait tous fous à l'époque. Je le comprends de vouloir rester avec elle. Je ne me serais pas relevé à temps. Je le retrouve cloué sur un fauteuil roulant. Il n'arrive plus à bouger ses jambes. J'ai tout de suite pensé que le désir avait eu raison de sa peur."

    Et voila mes deux propositions :

    Lettre administrative

    Monsieur le Proviseur,

    J’ai l’honneur de vous faire savoir que des garnements de votre école s’amusent à se coucher sur nos rails pour ne se relever qu’au moment du passage de nos trains.

    Un jeune homme a l’air particulièrement doué à ce petit jeu. Je ne sais à quoi il peut bien penser lorsqu’il ferme les yeux, mais il a semblé à notre oeil scandalisé que ses rêveries devaient prendre un tour obscène. Vos autres chenapans n’ont manifestement pas les mêmes fantasmes !

    C’est pourquoi, je tiens à vous faire savoir que ma compagnie décline absolument et fermement toute responsabilité concernant le fâcheux incident qui oblige maintenant ce jeune homme à se déplacer en fauteuil roulant et je lui conseille de s’adresser à la jeune personne qui le captivait autant pour s'occuper de lui maintenant.

    Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Proviseur, toute l’expression de ma sincère compassion pour votre rôle ingrat d’éducateur.

     

    Faits divers.

    Terrible accident sur la voie de chemin de fer.

    Une bande de jeunes s’était donné comme défi de rester le plus longtemps possible couchés sur les rails.http://www.artistikrezo.com/images/stories/redac3/queneau_ptl.jpg

    L’un d’entre ne s’est malheureusement pas relevé assez vite. Il est désormais condamné à rester dans un fauteuil roulant.

    Il nous a déclaré « Je ne regrette rien, maintenant Juliette sait combien je tiens à elle »

    Voilà une déclaration d’amour qui a coûté cher à son auteur.

     


     



    24 commentaires
  • http://www.thebookedition.com/images/couv-products-68771.pngVous avez déjà sûrement vu cette drôle de petite bonne femme se promener dans nos blogs.

    Il s'agit de la demoiselle qui nous accompagne dans la nouvelle aventure proposée par Quichottine.

    Comme pour "L’Atelier de Mijoty", paru en mai 2011, et dont les bénéfices ont été reversés intégralement à l’association Rêves qui a pu ainsi réaliser celui d’un enfant gravement malade, cette seconde anthologie "éphémère" est née d'un dessin à colorier de Solyzaan, coloriage parsemé de mots, grâce à des adultes ayant retrouvé pour la circonstance le don d'enfance et l'envie de partage.
    Nous continuons à rêver ensemble d’un monde différent où tout ne serait pas profit et nous espérons pouvoir ainsi apporter une nouvelle fois notre contribution à ceux qui ont choisi de travailler pour une si noble cause.
    Merci à tous les auteurs et illustrateurs de cet ouvrage et à ceux qui le feront vivre en le lisant.
    (Soixante-huit auteurs et illustrateurs sont réunis dans cette anthologie).

    Si vous souhaitez aider ces enfants et en profitez pour faire un cadeau de Noël un peu différent, vous pouvez souscrire auprès de Quichottine ici

     

    Et j'en profite pour vous proposer mon texte

    Mon histoire se passe dans un monde bien loin du nôtre.

    Un jour, une drôle de jeune femme arrive dans un village.

    Les enfants, curieux comme des jeunes chats, l’entourent.

    Ils détaillent son étrange tenue multicolore, son chapeau amusant, ses yeux qui brillent comme des étoiles.

    Mais ce qui les intrigue le plus, c’est la bizarre boite qu’elle porte.

    Elle étincelle et elle semble changer de couleur lorsqu’on la regarde pendant un long moment.

    Bientôt la curiosité les emporte et ils se mettent à poser des questions.

    « A quoi sert cette boite, qu’y a-t-il dedans et elle qui est-elle ? »

    Devant cette marée de pourquoi et de comment, la jeune femme se met à rire. Son rire est comme un chant d’oiseau.

    Elle entraîne les enfants sous un arbre et leur demande.

    « Que se passe-t-il lorsque vous vous endormez ? »

    Les enfants étonnés la regardent et répondent en chœur.

    « Nos yeux se ferment et le lendemain matin, ils s’ouvrent et voilà on a dormi »

    « Et que se passe-t-il quand vous dormez ? »

    « Ben, rien bien sûr ! »

    « Eh bien voilà, c’est pour ça que je parcoure le monde et que je rencontre tous les enfants de la terre. Cette boite m’a été donnée par mon patron le Marchand de sable. Celui qui passe le soir pour vous aider à vous endormir. Mais comme il trouve que dormir simplement c’est trop triste, il a inventé ma boite, il m’a créée avec du vent, du soleil, de la lune, des étoiles, de la musique, de la couleur et il m’a confié une mission très importante, vous offrir le rêve »

    Tous les enfants la regardent avec des yeux ronds. Le rêve quel drôle de mot, ils ne le connaissent pas.

    « C’est quoi le rêve ? »

    « Savez-vous lire ? »

    Les grands répondent oui et les petits disent bientôt.

    « Dans les livres il y a des histoires n’est-ce pas ? Des histoires drôles, des histoires tristes, des histoires que vous aimeriez bien vivre ! »

    De nombreux hochements de tête lui répondent. Ce serait bien en effet de vivre certaines des aventures que l’on trouve dans les livres.

    « Eh bien voilà, ça c’est mon travail et celui de ma boite à rêves. Vous allez mettre la main dedans, sans regarder sinon ce ne serait pas drôle, vous allez sentir quelque chose de tout doux se glisser dans votre main, vous fermerez les doigts dessus avec précaution pour ne pas l’écraser et, toujours sans regarder, vous ouvrirez votre main sur votre cœur et la nuit prochaine, au lieu de dormir tout bêtement, vous irez visiter des pays magiques. »

    Les enfants la regardent bouche bée, visiter des pays magiques sans bouger de son lit, ce n’est pas possible voyons !

    Pourtant le doux sourire de la jeune femme finit par les convaincre et un à un ils s’approchent et faufilent la main dans la boite, par ce simple geste ils commencent déjà à rêver.

    Lorsque tous les enfants ont glissé la graine du rêve dans leur cœur, l’apprentie du Marchand de sable les salue joyeusement et s’éloigne. Les enfants sont sûrs de la voir s’envoler sur un arc-en-ciel.

    Ce soir là, les parents bien étonnés n’ont aucun mal à envoyer leurs enfants se coucher. Ont-ils rêvé ou pas, chut, je ne le dirai pas, c’est leur secret.

    Mais vous êtes curieux, que se passe-t-il si on regarde la graine de rêve ? Hélas, elle disparait, les rêves aussi et la vie est bien triste. Alors gardez vos rêves bien précieusement ils vous apporteront beaucoup de bonheur tout au long de votre existence.


    20 commentaires
  • http://www.thebookedition.com/images/couv-products-68771.pngVous avez déjà sûrement vu cette drôle de petite bonne femme se promener dans nos blogs.

    Il s'agit de la demoiselle qui nous accompagne dans la nouvelle aventure proposée par Quichottine.

    Comme pour "L’Atelier de Mijoty", paru en mai 2011, et dont les bénéfices ont été reversés intégralement à l’association Rêves qui a pu ainsi réaliser celui d’un enfant gravement malade, cette seconde anthologie "éphémère" est née d'un dessin à colorier de Solyzaan, coloriage parsemé de mots, grâce à des adultes ayant retrouvé pour la circonstance le don d'enfance et l'envie de partage.
    Nous continuons à rêver ensemble d’un monde différent où tout ne serait pas profit et nous espérons pouvoir ainsi apporter une nouvelle fois notre contribution à ceux qui ont choisi de travailler pour une si noble cause.
    Merci à tous les auteurs et illustrateurs de cet ouvrage et à ceux qui le feront vivre en le lisant.
    (Soixante-huit auteurs et illustrateurs sont réunis dans cette anthologie).

    Si vous souhaitez aider ces enfants et en profitez pour faire un cadeau de Noël un peu différent, vous pouvez souscrire auprès de Quichottine ici

     

    Et j'en profite pour vous proposer mon texte

    Mon histoire se passe dans un monde bien loin du nôtre.

    Un jour, une drôle de jeune femme arrive dans un village.

    Les enfants, curieux comme des jeunes chats, l’entourent.

    Ils détaillent son étrange tenue multicolore, son chapeau amusant, ses yeux qui brillent comme des étoiles.

    Mais ce qui les intrigue le plus, c’est la bizarre boite qu’elle porte.

    Elle étincelle et elle semble changer de couleur lorsqu’on la regarde pendant un long moment.

    Bientôt la curiosité les emporte et ils se mettent à poser des questions.

    « A quoi sert cette boite, qu’y a-t-il dedans et elle qui est-elle ? »

    Devant cette marée de pourquoi et de comment, la jeune femme se met à rire. Son rire est comme un chant d’oiseau.

    Elle entraîne les enfants sous un arbre et leur demande.

    « Que se passe-t-il lorsque vous vous endormez ? »

    Les enfants étonnés la regardent et répondent en chœur.

    « Nos yeux se ferment et le lendemain matin, ils s’ouvrent et voilà on a dormi »

    « Et que se passe-t-il quand vous dormez ? »

    « Ben, rien bien sûr ! »

    « Eh bien voilà, c’est pour ça que je parcoure le monde et que je rencontre tous les enfants de la terre. Cette boite m’a été donnée par mon patron le Marchand de sable. Celui qui passe le soir pour vous aider à vous endormir. Mais comme il trouve que dormir simplement c’est trop triste, il a inventé ma boite, il m’a créée avec du vent, du soleil, de la lune, des étoiles, de la musique, de la couleur et il m’a confié une mission très importante, vous offrir le rêve »

    Tous les enfants la regardent avec des yeux ronds. Le rêve quel drôle de mot, ils ne le connaissent pas.

    « C’est quoi le rêve ? »

    « Savez-vous lire ? »

    Les grands répondent oui et les petits disent bientôt.

    « Dans les livres il y a des histoires n’est-ce pas ? Des histoires drôles, des histoires tristes, des histoires que vous aimeriez bien vivre ! »

    De nombreux hochements de tête lui répondent. Ce serait bien en effet de vivre certaines des aventures que l’on trouve dans les livres.

    « Eh bien voilà, ça c’est mon travail et celui de ma boite à rêves. Vous allez mettre la main dedans, sans regarder sinon ce ne serait pas drôle, vous allez sentir quelque chose de tout doux se glisser dans votre main, vous fermerez les doigts dessus avec précaution pour ne pas l’écraser et, toujours sans regarder, vous ouvrirez votre main sur votre cœur et la nuit prochaine, au lieu de dormir tout bêtement, vous irez visiter des pays magiques. »

    Les enfants la regardent bouche bée, visiter des pays magiques sans bouger de son lit, ce n’est pas possible voyons !

    Pourtant le doux sourire de la jeune femme finit par les convaincre et un à un ils s’approchent et faufilent la main dans la boite, par ce simple geste ils commencent déjà à rêver.

    Lorsque tous les enfants ont glissé la graine du rêve dans leur cœur, l’apprentie du Marchand de sable les salue joyeusement et s’éloigne. Les enfants sont sûrs de la voir s’envoler sur un arc-en-ciel.

    Ce soir là, les parents bien étonnés n’ont aucun mal à envoyer leurs enfants se coucher. Ont-ils rêvé ou pas, chut, je ne le dirai pas, c’est leur secret.

    Mais vous êtes curieux, que se passe-t-il si on regarde la graine de rêve ? Hélas, elle disparait, les rêves aussi et la vie est bien triste. Alors gardez vos rêves bien précieusement ils vous apporteront beaucoup de bonheur tout au long de votre existence.


    20 commentaires
  • Un prénom bien étrange que nous a trouvé Jill Bill pour sa cour de récré : Clet

    Je vous avais déjà parlé de l'improbable inventeur de Bigorbourg qu'est Gaston. Eh bien, Clet est une de ses inventions et une invention qui fait fureur auprès des Bigorbourgeois.

    Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne j'ai un sens de l'orientation déplorable, alors inutile de dire que j'aimerai bien mettre la main sur Clet.

    Le Clet est un petit instrument parfaitement autonome qui adopte la forme et la texture que vous aimez, moi par exemple qui aime les chats, si j'avais le bonheur d'avoir un Clet il ressemblerait sans aucun doute à un charmant félin duveteux, si vous aimez les chaussures vous aurez peut-être une adorable tong ou une élégante botte, si vous êtes friand de chocolat ce pourra être une tablette de chocolat. A Bigorbourg par exemple, celui de Thècle ressemble à un balai, celui d'Achille à un livre, celui d'Ambroise à une abeille, etc, etc !

    Bien parlons maintenant de son fonctionnement.

    Vous souhaitez vous rendre à une destination précise (oui comme avec un GPS de base à la seule différence que vous n'avez pas besoin de taper sur un tas de touches qui vous font déjà perdre un quart d'heure avant de démarrer), vous prenez donc votre Clet en main et vous lui exposez vos projets, se rendre à tel endroit, en un minimum de temps ou en faisant le moins de kilomètres possible, bref le basique, mais vous pouvez aussi lui demander de vous signaler les endroits intéressants à visiter, les panoramas à ne pas rater, l'endroit idéal pour prendre une belle photo, vous pouvez même lui demander de vous rappeler d'acheter du pain ou du lait (il ne fera pas preuve de la mauvaise foi de certains qui s'indignent que "non tu ne me l'as pas demandé" fermons la parenthèse).

    Comme avec le temps, il va se mettre à bien connaître vos goûts, il ne manquera pas de vous signaler tout ce qui sera susceptible de vous intéresser.

    Et puis n'oublions pas la voix, important ça la voix n'est ce pas ? Madame vous pouvez lui demander d'avoir une belle voix grave ou celle d'une amie proche, Monsieur ne rougissez pas si vous préférez la voie sensuelle d'une hôtesse de l'air, les ados préféreront celle de leur chanteur préféré et les enfants aimeront entendre leur personnage de dessin animé préféré.

    Oui mais me rétorquez vous, si dans la voiture ou en promenade il y a plusieurs Clet, ça risque d'être la cacophonie, et bien pas du tout, il est très bien étudié, chacun d'entre vous n'entendra que son Clet personnel. Eventuellement pour qu'il n'y a pas de conflit lors du voyage, les Clet se concerteront entre eux pour contenter tout le monde chacun son tour.

    Et puis, il a encore quelques atouts annexes. Il ne manquera pas de vous prévenir si vous risquez dehttp://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5nFetlNO00oHCatFWtlCdVSiQFxCqDiQZHXoe9tWA1c8q96zr_w rencontrer une grosse averse, il sifflera si vous ne vous rappelez plus où vous l'avez posé, il peut vous servir de porte-clés et même de doudou pour les plus petits. Besoin d'un moment de détente, il se souviendra de votre chanson préférée.

    Je pense que sur ce coup là Gaston a du être un peu aidé par le petit peuple, mais du moment que le résultat est là c'est le principal.

    Ah j'allais oublier, Clet est un acronyme qui signifie Copain Localisateur d'Evasion Terrestre


    34 commentaires