• Pour le défi de Photographe du Dimanche voilà des deux roues.

    Des deux roues en route pour le pays des rêves

    DEUX-ROUES.jpg

     

    Un deux roues à occuper le plus tard possible, mais cette dame pense qu'il vaut mieux prévenir que guérir

     

    http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/p1380010.jpg

     

    Et puis ici aussi une deux roues à propulsion écologique

     

    http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/deux_r10.jpg

    Suite à un commentaire de Franchouette qui se demandait s'il y avait un cheval à l'avant ou un pédaleur, je remets une photo de mon attelage personnel

    Sulky.jpg


    46 commentaires
  • Pour le défi de Photographe du Dimanche voilà des deux roues.

    Des deux roues en route pour le pays des rêves

    DEUX-ROUES.jpg

     

    Un deux roues à occuper le plus tard possible, mais cette dame pense qu'il vaut mieux prévenir que guérir

     

    http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/p1380010.jpg

     

    Et puis ici aussi une deux roues à propulsion écologique

     

    http://i42.servimg.com/u/f42/09/02/08/06/deux_r10.jpg

    Suite à un commentaire de Franchouette qui se demandait s'il y avait un cheval à l'avant ou un pédaleur, je remets une photo de mon attelage personnel

    Sulky.jpg


    46 commentaires
  • Qui, mais notre incontournable Chat de Simon (Et comme il manque la nouvelle petite peste dans cette vidéo, je vous  propose de prendre un cours avec Simon pour apprendre à le dessiner, ça paraît super facile vous allez voir !).

     

     


    24 commentaires
  • Qui, mais notre incontournable Chat de Simon (Et comme il manque la nouvelle petite peste dans cette vidéo, je vous  propose de prendre un cours avec Simon pour apprendre à le dessiner, ça paraît super facile vous allez voir !).

     

     


    24 commentaires
  • Pour sa dernière proposition de casse-tête Lajemy nous proposait "le p'tit coin" (ne vous en faites pas Sherry va la remplacer pour d'autres joyeux délires).

    Pour illustrer ce thème je vous propose donc les excellents Frères Jacques et leur Petite fable sans morgue (ou la complainte des petits cabinets). J'ai connu ces petits coins bucoliques et spartiates chez mes grands-mèrès (eh oui, je fais partie d'une génération que les moins de 30 ans, etc, etc). J'ajoute que j'avais regardé avec mon fils (24 ans maintenant) une cassette vidéo des Frères Jacques dans laquelle il y avait cette chanson. Une explication de texte avait été nécessaire, ah cette jeune génération tout confort ! Je dois dire que lorsque je lui ai expliqué le coup de mouches qui s'envolaient, il a eu du mal à me croire et pourtant ...

    Autre petite histoire de toilettes, il va falloir me croire sur parole, je n'ai malheureusement pas de photos. Lorsque j'ai emménagé dans mon premier appartement, je suis restée classique dans la décoration des pièces à vivre, en revanche je me suis fait plaisir dans les toilettes : Un mur orange vif, un mur jaune pétant, un mur vert pomme ! Sur la porte un chimpanzé assis sur le trône. Les toilettes, elles, ont eu le droit à un traitement spécial : Dessins de rosaces avec cernes et peintures vitrail multicolores. Un distributeur à papier en céramique en forme d'arrière de voiture. Je n'ai malheureusement pas pû m'occuper du plafond, j'avais prévu du papier velours bleu nuit avec collage d'étoiles dorée. Bref, inutile de vous dire que lorsque mes invités allaient pour la première fois aux toilettes j'attendais avec impatience les cris d'étonnement qu'ils ne manquaient pas de pousser !

     

     

    Nous sommes les petits cabinets,
    Les petits cabinets de province
    Ceux que l'on évince,
    Que l'on met très loin, très loin
    Tout au fond des jardins
    Près des tas de fumier
    Des volières, des chenils, des écuries,
    Des basses cours, voire même des vergers

    Nous sommes les petits cabinets
    Ceux qu'on ne daigne pas nommer
    Water-closets, ni lieux d'aisance
    Ce serait sans doute une offense
    Mais on nous donne des noms extraordinaires
    Des noms idiots
    Qui font croire que nous sommes originaires
    De l'île de chiot
    Nous sommes sales et laids ... on nous néglige.

    Sommes-nous donc tellement indignes s'il vous plaît
    Oui, s'il vous plaît,
    N'avons-nous pas les mêmes attributions,
    Les mêmes fonctions que ceux de la capitale
    Des chefs lieux, des villes principales
    Mais non, nos sièges sont de bois brut
    Et le ragout tant désiré nous a dit «Zut»
    Il a préféré glisser sur nos confrères
    Mieux aménagés, cirés, vernissés,
    Voués aux aristocrates derrières.

    Notre ouverture est béante, géante,
    Le regard plonge à l'infini
    On n'en voit pas le fond, ironie
    Pour nous point d'élégance
    Point de cu'vette de faïence
    Point de bouton
    Faisant jaillir un hygiénique tourbillon
    Point de petit balai de chiendent
    Nous sommes dégoutants
    Et pour le papier de ouate
    On le jette à gauche, à droite
    On ne le coupe même pas en petits carrés
    Et ce sont parfois des journaux entiers,
    Des revues de littérature
    Qui tombent dans notre ouverture

    Et nos murs, ah ! nos murs salpétrés
    Parfois couverts de journaux illustrés, portraits d'actrices
    Ou alors de ministres, tableaux de grands artistes.
    Quelquefois on nous couronne
    De ronds, de ronds
    De ronds en paillasson
    Voilà le seul luxe qu'on nous donne
    Voilà le seul luxe qu'on nous donne
    Voilà le seul luxe qu'on nous donne

    Car nous ne sommes que les petits cabinets,
    Les petits cabinets de province
    Ceux que l'on évince
    Eh bien soit ! Nous acceptons la guerre
    Et nous serons les prolétaires, les prolétaires.

    58 commentaires