• Aujourd'hui, c'est Benoîte qui pointe son nez pour Jill Bill et sa cour de récré.

    A Bigorbourg, comme partout ailleurs les adolescents (et certains adultes aussi d'ailleurs) se posent de multiples questions, questions qu'au grand jamais ils n'oseront poser à qui que ce soit.

    Mais ces questions, parfois, en viennent à les étouffer. Ce n'est pas parce que nous sommes à Bigorbourg que tout est toujours rose.

    Alors que faire ?

    C'est là qu'intervient Benoîte.

    Benoîte fait partie de la grande famille des papillanges et après les exemples de Janvier et de Daisy, elle a décidé qu'elle aussi donnerait un petit coup de main aux Bigorbourgeois.

    Elle se promenait donc en forêt lorsqu'elle entendit notre amie Léonce soupirer. Intéressée Benoîte la suivit, peut-être allait-elle trouver le moyen de l'aider.

    Elle tendit donc l'oreille et elle entendit la jeune fille se poser des questions et essayer d'y répondre. Malheureusement ses réponses n'avaient pas l'air de la satisfaire pleinement, ou pour être plus exacte, elle n'arrivait pas bien à épingler cette sacrée réponse qui voletait.  Cela a déjà dû vous arriver, je pense, vous savez, ce petit truc qui s'amuse à jouer à cache-cache dans votre esprit, ce mot sur la langue qui ne veut pas sortir.

    Eh bien, Léonce était confrontée à ce problème. Une vilaine réponse se cachait et ne voulait pas montrer son nez. Et pour être juste, Léonce se disait que si elle arrivait à l'attraper, jamais elle n'oserait la formuler sans se sentir gênée Je suis bien sûre que ça aussi, ça vous est arrivé. Avoir une réponse et ne pas oser l’accepter.

    Voilà, Benoîte sentait bien qu'elle venait de trouver le moyen de mettre son petit grain de sel à Bigorbourg. Il ne restait plus qu'à finaliser l'opération.

    Elle se mit à tourner autour de Léonce, un peu comme la petite lumière de l'idée qui jaillit au-dessus de la tête dans les BD.

    Léonce freina des deux pieds et rentra chez elle toute affaire cessante.

    Elle attrapa un cahier, un stylo-plume et se mit à déverser fébrilement sur le papier toutes les questions qui l'encombrait.

    "Cher Journal, …"

    Oui, le Cher Journal de nos jeunes années ! Mais à la différence de ceux qui ne sont qu'à moitié sincères ou qui sont enjolivés, Benoîte était là pour inciter Léonce à se laisser complètement aller, et par la même occasion assise sur son épaule, elle lui soufflait les bonnes réponses, celles qui allaient l'aider à retrouver la sérénité.

    Bien me direz-vous, un journal c'est somme toute assez banal. Certes, mais dans ce cas bien particulier, sans trop savoir pourquoi Léonce osait écrire tout ce qu'elle avait sur le cœur parce qu'elle était sûre que personne ne lirait ses interrogations. Pourquoi en était-elle sûre ? Parce que la charmante Benoîte le lui avait murmuré à l'oreille et que grâce à sa magie, quiconque tomberait sur ce journal n'y verrait que des pages blanches.

    Très satisfaite de son premier essai, Benoîte s'empressa d'aller prospecter d'autres "clients". Elle ahttp://images.doctissimo.fr/1/annonces/journal-lettre-repertoire/photo/hd/2283947228/75978722d1/journal-lettre-repertoire-default-big.jpg d'ailleurs tellement de succès qu'elle a recruté quelques papillanges pour lui donner un coup de main. A certaines heures, le travail ne manque pas ! Et il y a même certains papillanges spécialisés dans l’escamotage des journaux virtuels.

     

    J’ai utilisé le mot benoîte dans le sens de sereine (c’est mon vieux Petit Larousse qui le dit).


    37 commentaires
  • Aujourd'hui, c'est Benoîte qui pointe son nez pour Jill Bill et sa cour de récré.

    A Bigorbourg, comme partout ailleurs les adolescents (et certains adultes aussi d'ailleurs) se posent de multiples questions, questions qu'au grand jamais ils n'oseront poser à qui que ce soit.

    Mais ces questions, parfois, en viennent à les étouffer. Ce n'est pas parce que nous sommes à Bigorbourg que tout est toujours rose.

    Alors que faire ?

    C'est là qu'intervient Benoîte.

    Benoîte fait partie de la grande famille des papillanges et après les exemples de Janvier et de Daisy, elle a décidé qu'elle aussi donnerait un petit coup de main aux Bigorbourgeois.

    Elle se promenait donc en forêt lorsqu'elle entendit notre amie Léonce soupirer. Intéressée Benoîte la suivit, peut-être allait-elle trouver le moyen de l'aider.

    Elle tendit donc l'oreille et elle entendit la jeune fille se poser des questions et essayer d'y répondre. Malheureusement ses réponses n'avaient pas l'air de la satisfaire pleinement, ou pour être plus exacte, elle n'arrivait pas bien à épingler cette sacrée réponse qui voletait.  Cela a déjà dû vous arriver, je pense, vous savez, ce petit truc qui s'amuse à jouer à cache-cache dans votre esprit, ce mot sur la langue qui ne veut pas sortir.

    Eh bien, Léonce était confrontée à ce problème. Une vilaine réponse se cachait et ne voulait pas montrer son nez. Et pour être juste, Léonce se disait que si elle arrivait à l'attraper, jamais elle n'oserait la formuler sans se sentir gênée Je suis bien sûre que ça aussi, ça vous est arrivé. Avoir une réponse et ne pas oser l’accepter.

    Voilà, Benoîte sentait bien qu'elle venait de trouver le moyen de mettre son petit grain de sel à Bigorbourg. Il ne restait plus qu'à finaliser l'opération.

    Elle se mit à tourner autour de Léonce, un peu comme la petite lumière de l'idée qui jaillit au-dessus de la tête dans les BD.

    Léonce freina des deux pieds et rentra chez elle toute affaire cessante.

    Elle attrapa un cahier, un stylo-plume et se mit à déverser fébrilement sur le papier toutes les questions qui l'encombrait.

    "Cher Journal, …"

    Oui, le Cher Journal de nos jeunes années ! Mais à la différence de ceux qui ne sont qu'à moitié sincères ou qui sont enjolivés, Benoîte était là pour inciter Léonce à se laisser complètement aller, et par la même occasion assise sur son épaule, elle lui soufflait les bonnes réponses, celles qui allaient l'aider à retrouver la sérénité.

    Bien me direz-vous, un journal c'est somme toute assez banal. Certes, mais dans ce cas bien particulier, sans trop savoir pourquoi Léonce osait écrire tout ce qu'elle avait sur le cœur parce qu'elle était sûre que personne ne lirait ses interrogations. Pourquoi en était-elle sûre ? Parce que la charmante Benoîte le lui avait murmuré à l'oreille et que grâce à sa magie, quiconque tomberait sur ce journal n'y verrait que des pages blanches.

    Très satisfaite de son premier essai, Benoîte s'empressa d'aller prospecter d'autres "clients". Elle ahttp://images.doctissimo.fr/1/annonces/journal-lettre-repertoire/photo/hd/2283947228/75978722d1/journal-lettre-repertoire-default-big.jpg d'ailleurs tellement de succès qu'elle a recruté quelques papillanges pour lui donner un coup de main. A certaines heures, le travail ne manque pas ! Et il y a même certains papillanges spécialisés dans l’escamotage des journaux virtuels.

     

    J’ai utilisé le mot benoîte dans le sens de sereine (c’est mon vieux Petit Larousse qui le dit).


    37 commentaires
  • http://www.decitre.fr/gi/13/9782352942313FS.gifMagie de pacotille – Kelley Armstrong

    Résumé Decitre : Paige Winterbourne est une sorcière. Ça ne se remarque pas tant que ça: elle n'a ni verrues ni la peau verte, et elle ne remue pas le nez quand elle jette des sorts. Non, la plupart du temps, elle n'est qu'une jeune femme normale de vingt-trois ans: elle travaille trop, s'inquiète de son poids, se demande si elle trouvera jamais un petit ami. Bon, d'accord, Savannah, l'adolescente qu'elle a adoptée, veut ressusciter sa mère adepte de magie noire. et elle est poursuivie par une semi-démone douée de télékinésie et une cabale de mages très puissants. Mais à part ça, Paige mène une vie tout à fait ordinaire. Enfin, jusqu'à ce que ses voisins découvrent sa vraie nature et que l'enfer se déchaîne. Littéralement.

     

    Mon avis : Pauvre Paige, ce n’est pas une sinécure d’être une sorcière à notre époque, elle en a bien du mal à gérer une adolescente en pleine rébellion, un mage avocat dont elle se défie, un Convent (réunion de sorcières) qui bien qu’elle en soit le chef se méfie d’elle, et on ajoute une demi-démone qui lui cause un maximum d’embêtements. La voilà mêlée à une sombre histoire de meurtre, de messe noire et on veut en plus lui enlever la garde de Savannah, comment va-t-elle bien pouvoir s’en sortir ? C’est un livre amusant car Paige ne manque pas d'humour, elle en a d’ailleurs drôlement besoin la pauvre, pas de souvenirs impérissables, mais un agréable moment de lecture.


    12 commentaires
  • http://www.decitre.fr/gi/13/9782352942313FS.gifMagie de pacotille – Kelley Armstrong

    Résumé Decitre : Paige Winterbourne est une sorcière. Ça ne se remarque pas tant que ça: elle n'a ni verrues ni la peau verte, et elle ne remue pas le nez quand elle jette des sorts. Non, la plupart du temps, elle n'est qu'une jeune femme normale de vingt-trois ans: elle travaille trop, s'inquiète de son poids, se demande si elle trouvera jamais un petit ami. Bon, d'accord, Savannah, l'adolescente qu'elle a adoptée, veut ressusciter sa mère adepte de magie noire. et elle est poursuivie par une semi-démone douée de télékinésie et une cabale de mages très puissants. Mais à part ça, Paige mène une vie tout à fait ordinaire. Enfin, jusqu'à ce que ses voisins découvrent sa vraie nature et que l'enfer se déchaîne. Littéralement.

     

    Mon avis : Pauvre Paige, ce n’est pas une sinécure d’être une sorcière à notre époque, elle en a bien du mal à gérer une adolescente en pleine rébellion, un mage avocat dont elle se défie, un Convent (réunion de sorcières) qui bien qu’elle en soit le chef se méfie d’elle, et on ajoute une demi-démone qui lui cause un maximum d’embêtements. La voilà mêlée à une sombre histoire de meurtre, de messe noire et on veut en plus lui enlever la garde de Savannah, comment va-t-elle bien pouvoir s’en sortir ? C’est un livre amusant car Paige ne manque pas d'humour, elle en a d’ailleurs drôlement besoin la pauvre, pas de souvenirs impérissables, mais un agréable moment de lecture.


    12 commentaires
  • A nouveau le groupe Within Temptation avec cette superbe chanson qui est toute une histoire, une terrible histoire mais une histoire qui plus que sûrement dû advenir ! 

     

     



    I can't feel my senses
    Je ne peux pas ressentir mes sens
    I just feel the cold
    Je ressens seulement le froid
    All colors seem to fade away
    Toutes les couleurs semblent disparaître
    I can't reach my soul
    Je ne peux pas atteindre mon âme
    I would stop running, If knew there was a chance
    J'arrêterais de courir, si je savais qu'il y avait une chance
    It tears me apart to sacrifice it all but I'm forced to let go
    Cela me déchire de tout sacrifier, mais je suis obligée de tout laisser sortir

    Tell me I'm frozen but what can I do ?
    Dis-moi que je suis gelée, mais que puis-je faire ?
    Can't tell the reasons I did it for you
    Je peux pas dire les raisons, je l'ai fait pour toi
    When lies turn into truth I sacrificed for you
    Quand les mensonges se sont transformés en vérité je me suis sacrifiée pour toi
    You say that I'm frozen but what can I do ?
    Tu dis que je suis gelée, mais que puis-je faire ?

    I can feel your sorrow
    Je peux ressentir ton chagrin
    You won't forgive me,
    Tu ne me pardonneras pas,
    But I know you'll be all right
    Mais je sais que tu iras bien
    It tears me apart that you will never know but I have to let go
    Ça me déchire de savoir que tu ne sauras jamais, mais je dois tout laisser sortir

    Tell me I'm frozen but what can I do ?
    Dis-moi que je suis gelée, mais que puis-je faire ?
    Can't tell the reasons I did it for you
    Je peux pas dire les raisons, je l'ai fait pour toi
    When lies turn into truth I sacrificed for you
    Quand les mensonges se sont transformés en vérité je me suis sacrifiée pour toi
    You say that I'm frozen but what can I do ?
    Tu dis que je suis gelée, mais que puis-je faire ?

    Everything will slip way
    Tout va s'éclipser
    Shattered peaces will remain
    Les paix brisées demeureront
    When memories fade into emptiness
    Quand les souvenirs vont tomber dans le vide
    Only time will tell its tale
    Seul le temps dira
    If it all has been in vain
    Si tout cela a été en vain

    I can't feel my senses
    Je ne peux pas ressentir mes sens
    I just feel the cold
    Je ressens seulement le froid
    Frozen...
    Gelée ?
    But what can I do ?
    Mais que puis-je faire ?
    Frozen...
    Gelée ?
    Tell me I'm frozen but what can I do ?
    Dis-moi que je suis gelée, mais que puis-je faire ?
    Can't tell the reasons I did it for you
    Je peux pas dire les raisons, je l'ai fait pour toi
    When lies turn into truth I sacrificed for you
    Quand les mensonges se sont transformés en vérité je me suis sacrifiée pour toi
    You say that I'm frozen, frozen...
    Tu dis que je suis gelée, gelée ?


    23 commentaires