• Pour ce prénom plutôt classique choisi par Jill Bill pour sa Cour de Récré, j'ai opté pour un métier très classique également, même si peu apprécié !

    Si je vous dis :

    "J'veux pas y aller, y va me faire mal ! "

    "J'aurais pas dû y aller, j'avais pas mal avant !"

    "S'il me fait mal, je le mords !"

    "Je m'en fiche qu'il faille y aller tous les 6 mois pour le contrôle, j'irai pas !"

    Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez tous deviné ce métier, si redouté, est bien celui de dentiste, et je ne parle même pas des réflexions induites par certains appareils dentaires adolescents ou par les râteliers de nos grands-parents !

    Eh bien, figurez-vous qu'une représentante de cette profession difficile vient de s'installer à Bigorbourg. Je me suis permis de la recruter car je tiens beaucoup à la santé bucco-dentaire de mes petits personnages ! (Et puis à noter que ce prénom signifie "couronne", nous sommes d'accord, dans l'antiquité les couronnes en céramique ne devaient pas être monnaie courante, mais comme vous le savez bien maintenant j'aime détourner les choses !). 

    Bon revenons à nos moutons, à savoir l'installation d'Etiennette dans un cabinet flambant neuf.

    Fraîchement émoulue de son école de dentisterie, Etiennette attend de pied ferme son premier client … qui se fait attendre. Les bigorbourgeois ne sont pas plus courageux face au dentiste que le commun des mortels (et comme dit l'humoriste Alex Métayer, il y a trois choses que l'on ne peut pas regarder en face : la mort, le soleil, le dentiste !).

    Certes, ils y vont aussi, mais la plupart du temps c'est contraints et forcés lorsqu'une dent fait trop mal ou qu'un plombage a décidé de prendre la tangente. Et là bien sûr, comme tout le monde, ils râlent parce qu'ils ne peuvent pas être reçus tout de suite (si, si, avouez, ça m'étonnerait bien que vous n'ayez pas fait le coup au moins une fois !).

    Manque de chance pour Etiennette, en ce moment tout le monde semble avoir des dents à haute résistance, un surplus de fluor peut-être !

    Bref, la pauvrette est fort marrie et se demande si elle ne va pas être obligée de fermer boutique. Elle confie son désarroi à Madame Thècle, autour d'une assiette de gâteaux et d'une bonne tasse de chocolat.

    Marguerite la productrice de lait (enfin la propriétaire de la véritable productrice de lait, la vache Marguerite, si vous ne vous souvenez pas d'elles, c'est ici), Achille le bibliothécaire et Paterne le curé du village, sont aussi en train de profiter des menus plaisirs proposés par Madame Thècle, ils en profitent pour s'intéresser à la conversation, tandis qu'au plafond plane Prudence l'ange gardienne de Bigorbourg qui profite d'une petite pause dans son sacerdoce (même devenue un être purement spirituel, elle aime encore venir admirer et respirer les douceurs de la vie terrestre). 

    Tous sont désolés pour cette jeune personne bien sympathique en dépit de son métier.

    La fine équipe décide donc de passer à l'acte.

    Dans les jours qui suivent :

    Les gâteaux de Madame Thècle sont un tantinet trop sucrés (et le sucre agace les dents), les glaces chouia trop froides (et le froid ce n'est pas terrible non plus pour les quenottes et les gencives).

    Marguerite la vache, dûment informée par son amie à deux pattes, n'hésite pas à montrer à tous sa belle dentition bien blanche. Les bigorbourgeois sont d'ailleurs un peu interloqués par cet étrange sourire.

    Achille le bibliothécaire met en valeur dans sa bibliothèque tous les livres qui parlent de près ou de loin de dents.

    Quant à notre curé et à Madame Thècle, ils se lancent vaillamment et prennent rendez-vous chez Etiennette, bref, ils payent de leur personne. Ce qui leur permet ensuite de faire l'éloge de la nouvelle venue auprès de leurs concitoyens.

    Ah ! Et Prudence ? Son rôle est fort ingrat et nul doute que l'archange Gabriel ne va pas être content, mais elle cache les brosses à dents, elle incite les habitants à manger caramel et nougat plus que de raison, elle envoie des rêves (plutôt des cauchemars) où les dents tombent comme les feuilles en automne.

    Ces divers assauts, certes un brin sournois, portent rapidement leurs fruits et le carnet de rendez-vous d'Etiennette se remplit de manière fort correcte au grand bonheur de la jeune femme.

    Et comme nous sommes à Bigorbourg, vous vous doutez bien qu'Etiennette a un atout supplémentaire dans son sac ou au bout de sa roulette si vous préférez (quant à savoir si elle le possédait avant d'arriver ou s'il n'est apparu que depuis qu'elle est devenue Bigorbourgeoise, ça c'est une autre affaire), mais il s'avère que ses soins sont réellement indolores. Lorsque le patient, un peu tendu, s'installe dans le fauteuil moelleux, il lui suffit de plonger,http://3.bp.blogspot.com/_RSwcsm6AaAA/TT9_QG3xsWI/AAAAAAAAAAQ/QgkOmkSSyyM/s220/dent-souriante.jpg brièvement, les yeux dans ceux d'Etiennette pour que subitement le temps n'existe plus et il est tout étonné d'entendre, quelques brefs instants plus tard, la jeune dentiste lui annoncer que ça y est, c'est terminé !

    Bien sûr maintenant que le cabinet est bien lancé, gâteaux, glaces, vache, livres et rêves sont redevenus normaux et Gabriel n'a pas osé réprimander Prudence, Sainte-Apolline patronne des dentistes lui ayant rendu une visite "amicale".

     

     


    39 commentaires
  • Pour ce prénom plutôt classique choisi par Jill Bill pour sa Cour de Récré, j'ai opté pour un métier très classique également, même si peu apprécié !

    Si je vous dis :

    "J'veux pas y aller, y va me faire mal ! "

    "J'aurais pas dû y aller, j'avais pas mal avant !"

    "S'il me fait mal, je le mords !"

    "Je m'en fiche qu'il faille y aller tous les 6 mois pour le contrôle, j'irai pas !"

    Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez tous deviné ce métier, si redouté, est bien celui de dentiste, et je ne parle même pas des réflexions induites par certains appareils dentaires adolescents ou par les râteliers de nos grands-parents !

    Eh bien, figurez-vous qu'une représentante de cette profession difficile vient de s'installer à Bigorbourg. Je me suis permis de la recruter car je tiens beaucoup à la santé bucco-dentaire de mes petits personnages ! (Et puis à noter que ce prénom signifie "couronne", nous sommes d'accord, dans l'antiquité les couronnes en céramique ne devaient pas être monnaie courante, mais comme vous le savez bien maintenant j'aime détourner les choses !). 

    Bon revenons à nos moutons, à savoir l'installation d'Etiennette dans un cabinet flambant neuf.

    Fraîchement émoulue de son école de dentisterie, Etiennette attend de pied ferme son premier client … qui se fait attendre. Les bigorbourgeois ne sont pas plus courageux face au dentiste que le commun des mortels (et comme dit l'humoriste Alex Métayer, il y a trois choses que l'on ne peut pas regarder en face : la mort, le soleil, le dentiste !).

    Certes, ils y vont aussi, mais la plupart du temps c'est contraints et forcés lorsqu'une dent fait trop mal ou qu'un plombage a décidé de prendre la tangente. Et là bien sûr, comme tout le monde, ils râlent parce qu'ils ne peuvent pas être reçus tout de suite (si, si, avouez, ça m'étonnerait bien que vous n'ayez pas fait le coup au moins une fois !).

    Manque de chance pour Etiennette, en ce moment tout le monde semble avoir des dents à haute résistance, un surplus de fluor peut-être !

    Bref, la pauvrette est fort marrie et se demande si elle ne va pas être obligée de fermer boutique. Elle confie son désarroi à Madame Thècle, autour d'une assiette de gâteaux et d'une bonne tasse de chocolat.

    Marguerite la productrice de lait (enfin la propriétaire de la véritable productrice de lait, la vache Marguerite, si vous ne vous souvenez pas d'elles, c'est ici), Achille le bibliothécaire et Paterne le curé du village, sont aussi en train de profiter des menus plaisirs proposés par Madame Thècle, ils en profitent pour s'intéresser à la conversation, tandis qu'au plafond plane Prudence l'ange gardienne de Bigorbourg qui profite d'une petite pause dans son sacerdoce (même devenue un être purement spirituel, elle aime encore venir admirer et respirer les douceurs de la vie terrestre). 

    Tous sont désolés pour cette jeune personne bien sympathique en dépit de son métier.

    La fine équipe décide donc de passer à l'acte.

    Dans les jours qui suivent :

    Les gâteaux de Madame Thècle sont un tantinet trop sucrés (et le sucre agace les dents), les glaces chouia trop froides (et le froid ce n'est pas terrible non plus pour les quenottes et les gencives).

    Marguerite la vache, dûment informée par son amie à deux pattes, n'hésite pas à montrer à tous sa belle dentition bien blanche. Les bigorbourgeois sont d'ailleurs un peu interloqués par cet étrange sourire.

    Achille le bibliothécaire met en valeur dans sa bibliothèque tous les livres qui parlent de près ou de loin de dents.

    Quant à notre curé et à Madame Thècle, ils se lancent vaillamment et prennent rendez-vous chez Etiennette, bref, ils payent de leur personne. Ce qui leur permet ensuite de faire l'éloge de la nouvelle venue auprès de leurs concitoyens.

    Ah ! Et Prudence ? Son rôle est fort ingrat et nul doute que l'archange Gabriel ne va pas être content, mais elle cache les brosses à dents, elle incite les habitants à manger caramel et nougat plus que de raison, elle envoie des rêves (plutôt des cauchemars) où les dents tombent comme les feuilles en automne.

    Ces divers assauts, certes un brin sournois, portent rapidement leurs fruits et le carnet de rendez-vous d'Etiennette se remplit de manière fort correcte au grand bonheur de la jeune femme.

    Et comme nous sommes à Bigorbourg, vous vous doutez bien qu'Etiennette a un atout supplémentaire dans son sac ou au bout de sa roulette si vous préférez (quant à savoir si elle le possédait avant d'arriver ou s'il n'est apparu que depuis qu'elle est devenue Bigorbourgeoise, ça c'est une autre affaire), mais il s'avère que ses soins sont réellement indolores. Lorsque le patient, un peu tendu, s'installe dans le fauteuil moelleux, il lui suffit de plonger,http://3.bp.blogspot.com/_RSwcsm6AaAA/TT9_QG3xsWI/AAAAAAAAAAQ/QgkOmkSSyyM/s220/dent-souriante.jpg brièvement, les yeux dans ceux d'Etiennette pour que subitement le temps n'existe plus et il est tout étonné d'entendre, quelques brefs instants plus tard, la jeune dentiste lui annoncer que ça y est, c'est terminé !

    Bien sûr maintenant que le cabinet est bien lancé, gâteaux, glaces, vache, livres et rêves sont redevenus normaux et Gabriel n'a pas osé réprimander Prudence, Sainte-Apolline patronne des dentistes lui ayant rendu une visite "amicale".

     

     


    39 commentaires
  • Joëlle a photographié Gudule et Guduline, les cloches de Bigorbourg. Si, si, je vous assure, c'est même ici


    8 commentaires
  • Joëlle a photographié Gudule et Guduline, les cloches de Bigorbourg. Si, si, je vous assure, c'est même ici


    8 commentaires
  • Les journées racourcissant et la pluis s'invitant, je vous propose quelques feuilles de vigne-vierge pour mettre un peu de peps dans votre journée ! Oui, bon la photo n'est pas dans le bon sens, mais je trouve que c'est mieux comme ça ! Et pour les couleurs, c'est mon APN qui a utilisé la fonction "couleurs éclatantes" on peut dire que ce n'est pas une promesse en l'air !

     

    http://i32.servimg.com/u/f32/09/02/08/06/img_1317.jpg


    32 commentaires