• Camping

     

    Pour Lajémy je dirais aujourd'hui "Ah les joies du camping".

    Tout a commencé (non pas par un raccourci que jamais nous ne trouvâmes, ça c’est David Vincent) par un été où la maison familiale de mon père avait été réquisitionnée par mon oncle, ma tante et mes cousins qui avaient changé leur date de vacances et comme ils étaient plus nombreux que nous trois, ils ont eut la préséance. Mon père tenant absolument à passer son mois de vacances dans ch’Nord (le Pas de Calais en réalité), ne fit ni une, ni deux, il acheta une tente d’un beau bleu, tout confort (avec cuisine, salon et chambre) une Maréchal il me semble et tout le matériel qui allait avec.

    Après ses premières vacances sous la tente (je devais avoir moins d’une dizaine d’années à l’époque), il trouva bête que ma mère, ma grand-mère maternelle et moi-même ne profitions pas de la-dite tente pendant l’autre mois de vacances où il devait travailler.

    Or donc, nous nous retrouvâmes tous les mois de juillet en camping. Je ne vous raconte pas le montage de la tente, c’était du sport et du grand art, parce que faire correspondre entre eux les piquets, les montants métalliques et la toile de tente plus la tente chambre intérieure, ben c’était du sport. Inutile de dire que ma grand-mère et moi-même évitions de nous mêler de l’affaire.

    Deux histoires me reviennent tout particulièrement en mémoire.

    La première : je venais de terminer mon année de 6ème et nous étions partis laissant derrière nous un jeune voisin au teint bizarrement rouge. Las, il avait la rougeole le bougre (à l’époque le vaccin ROR n’existait pas ou était peu pratiqué) et donc cet affreux chameau que je ne pouvais pas supporter n’avait rien trouvé de mieux que de me filer sournoisement sa maladie. A peine installées, je commençai à me sentir mal, chaud, froid, nausées, puis apparition de rougeurs très, très suspectes. Je suppose qu’un médecin est venu m’examiner mais j’étais tellement dans le cirage que ne me souviens que des tremblements de froid incoercibles qui me tenaient recroquevillée sur mon lit de camp enroulée dans tous les duvets qui me tombaient sous la main alors qu’il devait bien faire une trentaine de degrés sous la tente. Mais le pire, étaient les infâmes tisanes à la queue de cerise que mère et grand-mère s’entêtaient à me faire avaler à mon grand dam. Bref, il me fallu une semaine pour émerger et profiter des vacances. Nos voisins furent un peu étonnés de voir brusquement apparaître une gamine toute blanche venue de nulle part !

    La deuxième : en fait, l’aventure se reproduisit à plusieurs reprises. Le camping c’est bien mais quand la tempête se lève au bord de la mer (notamment en bord de Manche), ben faut s’accrocher et je ne parle pas au sens figuré, mais bien littéral du terme. Lorsque le vent arrivait en rafale, il essayait de se glisser dans la tente pour arracher piquets et poteaux. Ma mère et ma grand-mère ont ainsi passé quelques nuits difficiles cramponnées aux piquets centraux pour empêcher la tente de s’envoler. Et moi pendant ce temps-là ? Eh bien http://www.coloriage-dessin.com/coloriage_img/coloriage-camping-1230293157.gifje dormais comme une bienheureuse, les éléments déchaînés ont sur moi un effet calmant. Je me réveillais donc le lendemain matin fraîche comme une rose mais parfois assez curieusement j’avais changé de côté du lit, lorsque l’arrière de la tente se soulevait, que la pluie mouillait la chambre, dans un état second je prenais mon oreiller, changeais de place et je me rendormais aussi sec (enfin façon de parler). J’étais toujours étonnée le lendemain matin de voir mes mère et grand-mère réduites à l’état de zombis et de voir les tentes voisines par terre.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Août 2010 à 01:23
    Clo de tahiti

    très  drôle. aaaah les enfants qui dorment bien sous la tente ! Je me souviens avoir accompagné un group d'enfants en camping. 1 adulte et 5 enfants sous une tente canadienne. un soir alors que les gamins dormaient profondément et je m'apprétais à les rejoindre, voilà t-y pas que je vois un scolopendre passer sur la jambe d'un gamin et se glisser sous les sacs au bout des pieds....pour info, un scolopendre est vénimeux , tu n'en meures pas mais c'est une douleur atroce et qui tu gardes des jours ! bien sûr pas question pour moi d'hurler et de mettre la panique sous la tente ! j'appelle à la rescousse un collègue discrètement et nous voilà à sortir doucement les sacs, forcément en poussant et soulevant des pieds enfantins. à essayer d'intercepter la bestiole, en douceur aussi, histoire de ne pas la paniquer elle non plus et qu'elle ne m'en pique pas un au passage. Bref, un sacré remue ménage quand même (malgré toute notre volonté de rester discret, on s'envoyait des instructions mutuelles le collègue et moi) qui nous a bien tenu 10 bonnes minutes. on a réussi finalemnt à sortir et tuer la bestiole !....et au final, pas un seul gamin qui s'est réveillé...on bien ri ensuite le collègue et moi !

    et voilà

    2
    Dimanche 8 Août 2010 à 07:46
    lizagrèce

    J'ai  rarement campé, mais la dernière fois que je l'ai fait c'était dans les gorges du Tarn et cet été là il y a eu des pluies torrentielles. Ma tente était trempée et moi j'étais bien réveillée !!! Hélas !

    3
    Dimanche 8 Août 2010 à 08:32
    sandrasbz

    Bonjour,

    Je reviens tout juste de mes vacances... j'ai fait du camping, mais les temps ont bien changé... Les tentes maintenant, tu les sors d'un sac, tu les jettes par terre et hop ! C'est monté.... il n'y a plus qu'à fixer avec des sardines. En revanche, on n'a encore rien inventé de très efficace contre le vent et la pluie ! 

     

    Gros bisous et bon dimanche,

     

    Sandra

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Dimanche 8 Août 2010 à 09:54
    Martine27

    Age béni où quand on dort, on dort !!! Après c'est drôle, mais sur le moment vous avez du drolement flipper quand même. Remarque j'ai aussi eu à affronter une horrible bête en camping, une puce qui m'avait choisie comme victime, j'avais au moins une vingtaine de piqûres jusqu'à ce que ma mère la chope et l'écrabouille, beurk !

    5
    Dimanche 8 Août 2010 à 09:55
    Martine27

    Le privilège du jeune âge. Mes mère et grand-mère étaient elles aussi bien humides le matin !

    6
    Dimanche 8 Août 2010 à 09:56
    Martine27

    A "mon époque" (oui quand il y avait encore des dinosaures) le montage de la tente durait quasiment une demi-journée ! Bon retour parmi nous

    7
    Dimanche 8 Août 2010 à 10:24
    PATSY

    Hi, hi j'ai vécu également la même chose que toi ! La bretagne ça secoue bien, aussi...

    Bises les minettes

    8
    Dimanche 8 Août 2010 à 11:46
    chaumont

    Ah ,dormir sous une tente! Quels beaux rêves ça doit faire! Surtout en Bretagne... 

    9
    Dimanche 8 Août 2010 à 12:48
    sandrasbz

    ... ceci dit, j'ai aussi connu les temps où il fallait se casser la tête pendant des heures à monter la tente (mais je n'ai jamais vu le moindre dinosaure... :lol: )

    Bisous

    10
    Dimanche 8 Août 2010 à 15:42
    Marité

    Ah !!! J'ai apprécié ton récit Martine !!! C'est vrai qu'à l'époque le montage de la tente c'était coton... J'adore le camping. C'est toujours plein de surprises et de rencontres rigolotes... J'ai souvenir d'un séjour en Écosse où toute une nuit mon épousé et moi avons écopé la Canadienne pour finir par dormir dans la voiture !!

    BISOUS.

    11
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:45
    Lina Carmen

    Bonsoir ! C'est très amusant ces souvenirs d'enfance. Mais tu ne devais pas avoir beaucoup de soleil en camping dans le Pas de Calais! Nous, on descendait vers Toulouse chaque année pour éviter l'été dans le nord. J'ai même été surprise, un jour, de rencontrer des touristes qui cherchaient un camping : "un camping? leur ai-je répondu, vous êtes sûr que ça existe dans la région?". Je ne pensais vraiment pas qu'on pouvait délibérémment passer des vacances dans le nord... (javais 16 ans)

    Bisous

    Lina

    12
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:51
    Martine27

    Lors d'une de ces tempêtes, un enfant s'est envolé avec sa canadienne et il a continué à dormir, pas mal non plus !

    13
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:53
    Martine27

    C'est vrai qu'au bord de l'eau le bruit de la mer est très agréable

    14
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:55
    Martine27

    Ah j'aime mieux ça, où est le plaisir sinon ? Pour ce qui est des dinosaures, ça avait été la réplique mi figue mi raisin de mon fils lorsque je lui expliquais que dans les maisons de mes grands-mères les toilettes étaient au fond du jardin !

    15
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:57
    Martine27

    Je me tenais prudemment à l'écart de mes parents pendant cette phase délicate ! Il n'y avait pas écopage les lendemains de tempêtes, mais tout le "mobilier" se faisait sécher au soleil !

    16
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:59
    Martine27

    Uniquement la première année dans le Pas de Calais, les années suivantes nous étions descendus dans le sud : la Manche . Ceci dit il fait beau aussi dans le Nord, disons que c'est vivifiant !

    17
    Dimanche 8 Août 2010 à 20:51
    LADY MARIANNE

    bonsoir Martine
    d'excellents récits de vacances -- martine en vacances - martine sous la tente - martine à la mer - -- mais j'ai lu ses aventures   LOL
    un bel article qui nous donnerait presque envie d'acheter une tente !!
    bisous   lady marianne

    18
    Dimanche 8 Août 2010 à 23:46
    aline la frite

    J'adore ces anecdotes de vacances.. Quels souvenirs..! J'aurais bien aime voir la tete de ta maman et grand mere,super fatiguees,et toi,fraiche comme une rose..

    Comme quoi,un meme souvenir peut prendre differentes formes ! Je suppose que quand on a demande a ta mere comment s'etaient passe ces nuits la, elle n'a pas eu la meme reponse que toi !

    Merci pour cette fraicheur,gros bisous en ce debut de semaine

    19
    Lundi 9 Août 2010 à 18:49
    Martine27

    J'ai aussi toute la collection ! De préférence acheter une tente qui se monte toute seule, c'est plus reposant

    20
    Lundi 9 Août 2010 à 18:50
    Martine27

    Et comme en plus la journée qui suivait il faillait tout faire sécher, elles n'étaient pas fraîches du tout, ni l'une ni l'autre !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :