• Hyacinthe

    Le petit prénom charmant de Bigornette pour cette semaine.

     

    Hyacinthe a vu le jour il y a déjà bien longtemps entre les doigts experts d'un bijoutier qui l'avait sortie de sa gangue et tendrement polie jusqu'à ce qu'elle prenne cette belle couleur rouge orangée. Puis il l'avait sertie dans une dentelle d'or. Et depuis plusieurs générations, Hyacinthe se promène fièrement accrochée au cou de ses humaines.

    Mais tout va bientôt changer.

    Ce jour là, l'humaine en charge de Hyacinthe s'en vient à passer par Bigorbourg, attirée par la superbe forêt, elle décide de se dégourdir les jambes en marchant un peu au milieu des arbres.

    Et ce qui doit arriver, arrive. Le fermoir qui retient Hyacinthe se fait vieux, et voilà qu'il lâche laissant tomber la belle petite pierre sans que sa propriétaire ne s'en aperçoive.

    Au début, Hyacinthe n'est pas plus inquiète que ça. C'est sûr que son humaine va se rendre compte de sa perte et qu'elle viendra la rechercher.

    Mais voilà, le temps passe, la nuit tombe et la petite Hyacinthe est toute seule perdue au milieu de la forêt. Elle commence à avoir peur la pauvrette, depuis toujours elle vit avec les humains, dans une grande ville où il y a toujours du bruit et du mouvement et là, brusquement la voilà seule, entourée d'un silence qui bruisse de sons étranges qui la font trembler.

    Tout à coup, le peu de lumière que dispense la lune est masquée par une grande silhouette, un museau humide et frais se pose sur elle, tandis que deux grands yeux phosphorescents la détaille.

    Pacôme le loup se demande si cette drôle de chose pourrait plaire à son petit protégé ou à sa mère, mais en même temps il se rend compte de la peur qui frémit au cœur de la pierre et cette peur habite une minuscule entité chatoyante. Habitué comme il est aux petits êtres spéciaux qui peuplent sa belle forêt, il décide d'aller chercher de l'aide auprès de Gébétrude la petite goutte d'arc-en-ciel.

    Et ça tombe bien, lorsqu'il arrive Gébétrude est en pleine discussion avec la Reine de la forêt qui souhaite renouveler sa garde-robe.

    Pacôme explique rapidement le problème et les deux petites personnes lui emboîtent le pas pour tenter de le résoudre.

    Lorsqu'ils arrivent, la peur d'Hyacinthe semble un peu estompée. Elle est entourée par les animaux et le  peuple de la forêt. Tout ce petit monde se montre curieux et amical.

    Lorsqu'ils voient la Reine arriver, ils s'écartent respectueusement.

    Celle-ci se penche sur la petite pierre fine enchâssée dans son berceau d'or, elle la regarde longuement. A l'issue de cet examen, elle prend la parole.

    "Ton humaine va revenir te chercher demain, mais veux-tu sortir te promener un peu dans mon royaume en attendant"

    Hyacinthe s'étonne "Je peux sortir de mon médaillon ?"

    "Mais bien sûr, voyons. Tu as simplement besoin d'un peu d'aide"

    Et tout doucement la Reine effleure la surface lisse d'Hyacinthe. Celle-ci toute ankylosée se redresse doucement. Les spectateurs voient une forme évanescente sortir de la pierre et prendre petit à petit consistance. Enfin, pas plus grande que Gébétrude apparaît une charmante flamme au visage et aux cheveux de soleil, enveloppée dans une vapeur rouge orangée. Hyacinthe se penche sur la pierre qu'elle vient de quitter et s'admire. Puis, elle tourne son regard sur le vaste monde qui l'entoure et reste émerveillée par ce qu'elle découvre.

    La Reine et Gébétrude la prennent par la main et l'entraînent dans une folle course dans la forêt, les feux follets éclairent leur route et Hyacinthe dévore des yeux le moindre détail.

    Au petit matin, ses deux nouvelles amies la ramènent au bijou abandonné.

    La Reine s'adresse alors à elle.

    "Veux-tu retourner vivre avec tes humaines ou préfères-tu rester avec nous ?"

    "C'est vrai, je peux choisir ?"

    "Bien sûr, ta vie t'appartient"

    "Alors je crois que je préfère rester avec vous"

    "Qu'il en soit ainsi" sourit la Reine "Gébétrude sera ta marraine"

    Folle de joie, la petite flamme se met à danser avec la bulle d'arc-en-ciel et toutes deux s'élancent dans un grand éclat de rire.

    Dans la journée, l'humaine guidée par elle ne sait quel instinct, retrouve le collier familial avec un soupir de soulagement. Bizarrement, la pierre paraît moins "vivante" mais les humains sont peu réceptifs et du moment que le bijou est retrouvé elle oublie vite ce sentiment.

    Hyacinthe, quant à elle, une fois bien habituée à son nouvel environnement, s'associe avec sa marraine et http://2.bp.blogspot.com/_tQEHkBuMXiw/SG-LjZEjnJI/AAAAAAAABZ0/puZGV_BGOGg/s320/hyacinthe.jpgforte de son expérience du monde des humains, elle aide son amie à créer de merveilleux bijoux. Les gouttes de rosée et de pluie, les flocons de neige, les morceaux d'arc-en-ciel deviennent entre ses doigts experts parures vivantes pour le petit peuple.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Mai 2010 à 09:05
    reinette

    j'adore cette Hyacinte.

    beaucoup d'imagination.

    j'aime me promener le mercredi dans la forêt de Bogorboug qui nous réserve de merveilleuses surprises.

    à bientôt

    2
    Mercredi 19 Mai 2010 à 11:39
    Martine27

    Mon petit personnage pour la semaine prochaine se manifeste déjà, il y en a qui viennent plus facilement que d'autres.

    3
    ABC
    Mercredi 19 Mai 2010 à 13:36
    ABC

    Quelle jolie petite flamme sympathique, heureusement qu'elle a choisi de rester !

    4
    Mercredi 19 Mai 2010 à 13:37
    Pascale la Tricotine

    bonjour Martine, me voilà sous le charme de la petite Hyacinthe , quelle flamme elle fait briller dans mon Néon peu lumineux !! un conte comme tu sais les faire pour mon plus grand plaisir !!! bizzoux

    5
    Mercredi 19 Mai 2010 à 18:06
    Martine27

    Ca lui aurait été difficile de refuser. J'ai vu que tu avais aussi repérer la pierre fine

    6
    Mercredi 19 Mai 2010 à 18:08
    Martine27

    Ton Néon devrait briller, le soleil revient. Ma Hyacinthe a faillit rester dans les herbes un peu comme la tienne

    7
    Mercredi 19 Mai 2010 à 20:44
    sandrasbz

    Bonsoir,

     

    Quel émerveillement ce joli petit conte sorti de ton imagination : un vrai bijou ! 

    Je te souhaite une très bonne soirée et je te fais de gros bisous,

     

    Sandra

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Jeudi 20 Mai 2010 à 08:58

    Encore une fois je suis sous le charme... je me demande comment tu peux imaginer de si belles choses...Pendant que je t'écris, je viens de voir passer mon écureuil, (je suis sous la véranda), le temps de prendre mon appareil photo, il est passé dehors à un mètre de moi (j'étais sortie) et comme une gourde l'APN en main je n'arrivais pas à le mettre en marche, c'est moi qui était si surprise que j'étais tétanisée, (peur qu'il aille sur le route se faire écraser)... il a disparu sous la voiture garée non loin de l'entrée..J'ai raté ma photo du jour...

    Merci à toi en tout cas pour ce nouveau prénom... plus qu'un et tu pourras faire une longue pause...je t'embrasse et je te souhaite une belle journée...

    9
    Jeudi 20 Mai 2010 à 16:07
    PATSY

    J'aimerais beaucoup posséder un bijou de Gebetrude et Hyacinthe. Tu crois qu'elles ouvriront une boutique pour les visiteurs de Bigorgourg ?

    Bisous les toutes belles

    10
    Jeudi 20 Mai 2010 à 18:02
    Martine27

    Merci beaucoup ça fait plaisir venant d'une plume qui écrit des contes aussi !

    11
    Jeudi 20 Mai 2010 à 18:05
    Martine27

    Ah flûte, c'est rare de voir un écureuil de près, toujours du mauvais côté du tronc ces fripons ! Ca va le dernier prénom est déjà niché dans ma tête ! Je ne suis pas peu fier d'avoir "tenu la distance" merci à toi pour cette excellente idée

    12
    Jeudi 20 Mai 2010 à 18:10
    Martine27

    Ca doit ressembler au collier de gouttes de rosée que j'avais mis il y a quelques temps. La boutique est déjà ouverte au moins pour le petit peuple, il faut voir si elles vont ouvrir des succursales. Smack à vous deux

    13
    Jeudi 20 Mai 2010 à 20:46
    Santounette

    Encore un joli conte comme je les aime.
    J'apprécie la fin, c'est bien cette libération, ce petit être est mieux en liberté.
    C'est vrai que les gouttes de rosée ressemblent à des perles.
    C'est ravissant Martine

    14
    Vendredi 21 Mai 2010 à 08:54
    Martine27

    Je crois en effet que la petite Hyacinthe est satisfaite de son sort. J'aime bien sortir le matin à la fraîche pour découvrir les colliers de rosée

    15
    Samedi 22 Mai 2010 à 22:47
    gene

    j'adore plonger dans le monde de bigornette . bisous

    16
    Dimanche 23 Mai 2010 à 09:56
    Martine27

    Tu y es la bienvenue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :