• Olive

    Bigornette nous fait commencer l'année avec le prénom Olive, en avant marche !

    Pas de village digne de ce nom sans une rivière pour le traverser qu'en pensez-vous ?

    Bigorbourg peut s'enorgueillir d'avoir l'une des plus adorables rivières de France et de Navarre. L'Olive, oui c'est son nom, prend sa source dans une petite colline au milieu de la forêt, elle passe nonchalamment au milieu de Bigorbourg, pas bien profonde on pourrait presque la traverser à pied, mais elle a eu la bonne idée d'amener avec elle quelques pierres qui disposées avec art font de charmants passages à gué en plus des petits ponts de bois qui l'enjambent de-ci, de-là. Et elle va finir sa course dans les étangs à l'autre bout de Bigorbourg dans lesquels la famille d'Aymard le canard a pris ses pénates. En fait, elle soit sûrement poursuivre son chemin plus loin, mais personne ne sait trop où elle file après.

    Pourquoi cette charmante petite rivière s'appelle-t-elle l'Olive. En fait c'est parce qu'un ancien habitant était un peu dur d'oreille.

    Pour tout vous dire notre rivière est habitée par une ondine, la très adorable Eau Vive, et le premier Bigorbourgeois à l'avoir rencontrée était un aimable centenaire quelque peu mal entendant. Ce jour là la belle se livrait à l'occupation habituelle des Ondines, elle coiffait sa belle chevelure d'or assise sur la berge de son domicile.

    A cette époque là, les habitants de Bigorbourg ne s'étonnaient déjà plus de grand chose, et voir assise là une belle jeune fille aux cheveux longs de plusieurs mètres en train de se peigner avec une superbe brosse sertie de pierres précieuses ne perturba pas plus que ça notre centenaire qui en avait déjà vu d'autres.

    Il s'assit à côté de la jeune fille, celle-ci connaissait bien les habitants du coin et les savait ouverts au féérique, elle continua donc à brosser sa longue chevelure tout en engageant la conversation avec le vieil homme, qu'elle avait d'ailleurs eu l'occasion de connaître beaucoup plus jeune lorsqu'il comptait fleurette à sa fiancée au bord de la rivière au clair de lune.

    Eau Vive les regardait faire avec amusement et un brin d'envie aussi peut-être. Ce n'est pas facile pour une ondine de trouver chaussure à son pied.

    Elle pris donc des nouvelles de la descendance du charmant vieux monsieur, même si le décryptage de ses réponses n'était pas évident. Les enfants se transformant en faons, la femme en âme, la ferme en cerne, la santé en château hanté.

    Tout en répondant avec beaucoup de constance à côté des questions, notre centenaire admirait la gracieuse personne assise près de lui, ah pensait-il si j'avais 30 ans de moins (eh oui un optimiste !) avant de se souvenir que sa chère et tendre n'aurait peut-être pas été d'accord pour le voir compter fleurette à cette jolie blondinette.

    Le soleil commençant à décliner, il était temps pour Eau Vive de retourner à son cottage du fond de la rivière (je sais c'est une rivière peu profonde, mais les ondines ne sont pas n'importe qui non plus, pour une visite chez elle, nous attendrons une autre occasion).

    Elle salua donc notre vieil homme avec courtoisie avant de commencer à avancer dans l'eau, celui-ci la héla avant qu'elle ne disparaisse et lui demanda son prénom.

    "Eau Vive" répondit-elle et lui il entendit "Olive".

    Tout guilleret, il rentra chez lui en racontant à qui voulait bien l'entendre qu'il venait de passer l'après-midi avec une charmante fée qui vivait dans l'eau et qui s'appelait Olive. Les habitants habitués aux extravagances des uns et des autres trouvèrent que ce nom était parfait pour leur petite rivière qui n'avait pas encore été baptisée et voilà comment l'Olive naquit. 

    Eau vive, ondine de bonne composition (pas comme une certaine fée Bertille) ne se formalisa pas http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bd/John_William_Waterhouse_-_Undine.JPG/457px-John_William_Waterhouse_-_Undine.JPGoutre mesure de ce nouveau prénom et le trouvant amusant, finit par l'adopter,  elle continue à observer avec intérêt la vie des Bigorbourgeois et à laisser filer dans l'onde quelques cheveux d'or qui font chatoyer la rivière.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 09:18
    lizagrece
    Il faut que je cherche la Fée Olive par chez moi ... Il y a tellement de champs d'oliviers ... Avec un peu de chance ... Peut-être
    2
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 09:37
    Martine27
    Ce serait plutôt une dryade dans ce cas
    3
    ABC
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 09:58
    ABC
    Une bien belle histoire et olive suit son cours ...
    4
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 10:09
    fransua
    une histoire très agréable à lire et tu as de la suite dans les idées à la fin cela fera un très joli conte qui va ravir Bigornette
    5
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 10:18
    Martine27
    Je vais voir si elle peut en sortir de temps en temps
    6
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 10:19
    Martine27
    Je ne sais pas combien de temps je vais arriver à assurer l'histoire de Bigorbourg, mais c'est un défi intéressant à relever
    7
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 10:20
    Martine27
    Bigorbourg est un petit monde très étonnant !
    8
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 12:14
    amtealty bougnen
    je reviens découvrir les personnages de ton village
     et là je me dis
     il faut te réveiller grandmère
    reviens vite lire ce que tu as loupé!!!
     vraiment que c'est beau
     un vrai conte pour enfants
      et tous les textes qui se donnent la main pour n'en faire qu'un seul
     epoustouflant
     bisous enneigés de la grandmère des côtes d'armor
     bonne année et bonne santé au cas où je ne te l'aurais pas dit
     j'oublies!!!!!!!!!!
    9
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 14:11
    Martine27

    J'ai regroupé tous les textes dans la catégorie "Bigorbourg" ça me permet de m'y retrouver aussi ! Bonne année à toi aussi

    10
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 16:42
    LADY MARIANNE
    bon courage pour poursuivre les aventures dans ce bourg -
    pas facile de s'y retrouver -
    mais c'est léger et agréable à lire - bravo

    bises  lady Marianne
    11
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 17:28
    Croc
    décidément, ce village n'en finit pas de m'étonner !!! et en plus les habitants ont trouvé une chrniqueuse de talent !!!  bisous
    12
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 17:36
    Jeanne Fadosi
    je me régale toujours autant avec tes petites nouvelles de Bogorbourg !
    belle fin de semaine
    13
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 18:17
    Martine27
    Pas facile comme tu dis, mais j'ai mes notes !
    14
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 18:27
    Martine27
    Heureusement que les habitants sont là pour m'apporter l'inspiration, parce qu'il va y avoir des prénoms pas piqués des hannetons !
    15
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 18:28
    Martine27
    Pourvu que les habitants soient toujours au rendez-vous avec ma plume (enfin mon clavier)
    16
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 19:50
    kimcat
    Coucou Martine
    Chat leureuse année 2010 !!!
    C'est vrai qu'entre Eau Vive et Olive il n'y a qu'un pas!
    Bises de Béa kimcat
    17
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 20:06
    Martine27
    C'est elle qui me l'a suggéré !
    18
    Mercredi 6 Janvier 2010 à 21:26
    Pascale la Tricotine
    je persiste à adorer la vie Bigorbourgeoise et suis le cours d'Olive avec intérêt!! ton imagination me plait beaucoup Martine! n'aurais tu pas le jumeau de mon néon sous ton chapeau ? hihi!! bravo pour cette histoire de sourd !! bizzoux
    19
    Jeudi 7 Janvier 2010 à 08:34
    Martine27
    Merci pour ta fidélité, je finirai bien par trouver moyen de caser une tricoteuse. Pour un jumeau de Néon, peut-être parfois je ne sais pas d'où viennent les idées, alors ma foi !
    20
    Jeudi 3 Mars 2011 à 10:19
    Oncle Dan

    ... et moi qui avais entendu "Odile"

    21
    Jeudi 3 Mars 2011 à 18:47
    Martine27

    Trop simple comme prénom pour notre amie Jill Bill !

    22
    Bigornette
    Samedi 18 Janvier 2014 à 17:41
    Ton imagination est vraiment étonnante, non seulement tu nous trouves une rivière qui s'appelle Olive, mais là où tu pourrais t'arrêter à la couleur de l'eau, tu nous ponds une légende magnifique... je vois que tu commences à merveille l'année 2010... je vais aller de ce pas lire la suite d'Anthelme, je n'ai pas eu l'occasion de repasser, je vais donc prendre le temps cette fois-ci......Merci Martine.... chapeau bas.... bisous...et belle journée
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :